Filières

11 millions de petits ruminants à vacciner contre la peste

Une campagne est en préparation au sein du Prodel, pour éradiquer la peste qui cause d’importants dégâts aux éleveurs.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Peste des petits ruminants (PPR), également appelée peste des ovins et des caprins, est une maladie animale très contagieuse des petits ruminants. Une fois introduit, le virus peut infecter jusqu’à 90% d’un troupeau et la maladie tue entre 30 et 70% des animaux infectés. Le virus de la PPR n’infecte pas l’homme, mais il nuit sérieusement à ses activités pastorales en détruisant le cheptel.

Raison pour laquelle, depuis 2015, le gouvernement camerounais et ses partenaires au développement s’activent à développer des stratégies pour éradiquer cette peste des petits ruminants. Actuellement, apprend-on des services du Projet de développement de l’élevage (Prodel), logé au ministère de l’Elevage (Minepia), le Cameroun s’apprête à lancer une vaste campagne de vaccination contre cette peste.

Financée à hauteur de 60 milliards FCFA par la Banque mondiale et un autre appui financier de la Banque islamique de développement, ladite campagne vise à vacciner 11 millions de bêtes à travers le pays. Une ambition encouragée par les résultats atteints par la phase pilote, qui avait permis de vacciner un million de petits ruminants.

D’ores et déjà, l’on s’active. Des équipes seront déployées dans chacun des 58 départements que compte le pays. A Ngaoundéré, par exemple, une rencontre a récemment eu lieu avec pour objectif principal d’établir l’organisation pratique de la campagne de vaccination. « Tout le monde est appelé à mettre la main dans cet aventure pour  que nous arrivions à éradiquer ou à contrôler cette maladie au bout de trois années de vaccination successives. Et qu’à  terme que le pays puisse véritablement évoluer vers la situation d’éradication  de la maladie », a confié Dr. Casimir Ndongo, directeur du service vétérinaire  au Minepia.

Rappelons que les petits ruminants sont élevés sur toute l’étendue du territoire, avec une importance variable selon les régions  Les régions  du Nord et de l’Extrême-Nord totalisent à elles seules près des trois quarts du cheptel national. Raison pour laquelle l’accent sera plus fort dans ces régions durant la campagne.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!