A la UneConjoncture

19 quartiers de Douala privés d’eau potable

Quatre arrondissements de la capitale économique ont été dépourvus d'eau potable pendant 24 heures. La pénurie géante a provoqué une ruée anarchique vers le précieux liquide en violation totale des mesures barrières contre le corona virus.

Au total 19 quartiers de Douala ont négativement été impactés par cette interruption. Il s’agit de Bonaberi, Deido, Akwa, Bali, Bonanjo, Bonapriso, New-Bell, PK 5, Cité sic, Bassa industriel, Bonamoussadi, Bepanda, Akwa-Nord, Dakar, Oyack, Bassa zone industrielle, New-town aéroport, Ndokoti, et Bonaloka. Une pénurie qui a provoqué un branle-bas dans les points d’eau. En quête du précieux liquide, les populations se sont dirigées vers des puits, parfois insalubres, sources d’eau naturelles et même des forages. Aux quartiers Déido, Bonantone, Grand moulin ou encore Akwa, dans l’arrondissement de Douala 1er, la chasse à l’eau a commencé très tôt ce 17 mai 2020. Après l’annonce d’une perturbation de la distribution de l’eau potable, faite par la Camwater, la société nationale de distribution et de production. «Le rang est très long. Je ne sais pas si j’aurai un peu aujourd’hui », s’interroge Anderson Nforban, habitant de Déido, venu s’approvisionner sur un point d’eau mis en service devant une boulangerie de la place. Derrière lui, une dizaine de personnes espèrent atteindre le robinet salvateur, «coûte que coûte», insiste Géorgie Moussongo, habitante de Bonatéki, sevrée d’eau depuis 6h. 

>>Lire aussi- Camwater renforce la desserte en eau potable

En effet, Camwater, a rendu public un communiqué relatif à une interruption provisoire de desserte en eau potable dans quatre arrondissements du département du Wouri. Raison évoquée, «une coupure programmée de courant à la station de production de Yato». Yato est en effet un véritable château pour la ville de Douala. D’une capacité de 150.000m3/jour, cette usine de traitement d’eau potable ravitaille la capitale économique et son agglomération via un gigantesque pont-tuyau de 450 m de long érigé sur le pont du Wouri. Une offre qui se situe malheureusement en deçà de la demande. La rupture de desserte en courant électrique dans la station de traitement de Yato située dans le département du Moungo est officiellement la raison évoquée par la Camwater pour justifier l’interruption du service de l’eau potable dans des quartiers de Douala. Ce qui suscite des interrogations au sein de la population «si c’est parce qu’il y a eu coupure de courant qu’il n y a pas d’eau, c’est regrettable parce qu’une grande usine comme Yato devait disposer d’un puissant groupe électrogène alternatif pour palier à ce dysfonctionnement», a posté un internaute après lecture du communiqué de la Camwater. 

Risques d’infection à la Covid-19

Une préoccupation, et pas des moindres formulée par les populations de la capitale économique, c’est le risque élevé de contamination par manque d’eau potable. «Avec le corona virus, nous devons nous laver régulièrement les mains. Comment ferons-nous sans eau?» S’interroge Martin Djumo, habitant du quartier Bonaloka. Pis encore, dans la quête effrénée d’eau potable, les habitants des arrondissements impactés ( Douala 1,2,3 et 5) violent, sans aucune forme de procès, les mesures de distanciation sociale, et de port de masque facial. «Il fait extrêmement chaud, nous avons en plus soif. Le masque nous gêne», s’écrie une jeune-fille munie d’un bidon sans eau de 10 litres, dans l’attente d’un hypothétique tour d’approvisionnement devant un forage payant de Ndokoti-Bassa. 

L’interruption de desserte de ce 17 mai vient ainsi dévoiler derechef l’importance de la demande en eau potable dans la ville de Douala, estimée à 500.000 m3 quotidiennement. Pour certains ménages du quartier Kondi, dans l’arrondissement de Douala 3ème, la source d’eau coulante sans interruption est une aubaine. Idem pour les populations de Bonantone, dont la vieille source d’eau datant de l’époque coloniale, a été complètement envahie après la coupure d’eau généralisée. «La desserte sera rétablie progressivement dès le retour de l’énergie électrique », indiquait le communiqué de la Camwater signé par  Obame Minko, le Directeur de la production et de la distribution de la Camwater, Direction régionale de Douala agglomération. Ce matin du 19 mai 2020, quasiment tous les quartiers négativement impactés par l’interruption reçoivent à nouveau de l’eau potable.

>>Lire aussi- Infrastructures : retard dans le taux réalisation du Projet d’alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer