Echos des régionsLittoralPolitiques Publiques

2 milliards de FCFA pour professionnaliser le secteur de la mototaxi à Douala

Le budget prévisionnel de cette opération d'assainissement lancée le 19 janvier 2021 par la Communauté urbaine de Douala concerne plus de 100 000 mototaximen évoluant de façon anarchique dans le secteur informel.

L’épineux projet est inscrit dans le programme de l’exécutif communautaire de la Mairie de Douala pour la mandature 2020-2025: la professionnalisation de l’activité de mototaxi. Après plusieurs réunions préparatoires successives, le Dr. Roger Mbassa Ndine, Maire de Douala, a finalement présenté, lors d’une concertation, aux associations et syndicats de transporteurs par motos de Douala, les tenants et les aboutissants de la réforme envisagée. Autour du thème général «Assainissement et professionnalisation du secteur de transport par mototaxi: Plan d’action 2021-2025». «La présence des acteurs principaux de cette activité aux côtés des responsables de la Communauté urbaine de Douala (CUD) tient à la volonté de l’exécutif communautaire de mieux intégrer les propositions, adopter une démarche participative et susciter l’adhésion  des uns et des autres dans le projet», s’est exprimé le Dr. Roger Mbassa Ndine. 

Lire aussi : Voirie urbaine : le port de Douala retrocède 450 mètres de route à la mairie de la ville

Le secteur du transport de mototaxi croule en effet sous de graves dysfonctionnements structurels et organisationnels. Y règnent anarchie, amateurisme, incivisme, indiscipline etc…..Pourtant, la Mairie de Douala reconnaît le rôle central joué par le transport par moto pour les citoyens de Douala, faute de moyens de transport alternatifs. En plus de son caractère informel: «les mototaxis permettent aux doualais de  se mouvoir rapidement jusque dans des destinations les plus reculées. Les mototaximen sont par ailleurs l’une des vitrines de la ville de Douala car ils sont en contact avec ceux qui entrent dans notre cité. Nous devons donc mieux les structurer», justifie une fois de plus le Maire de Douala. La capitale économique compte plus de 100 000 mototaxis répartis essentiellement dans les cinq arrondissements du Département du Wouri. Pour autant d’emplois créés. Maillon important du secteur informel de la capitale économique, le secteur participe de façon significative au Produit intérieur brut local.

Lire aussi : Budget 2021 : l’enveloppe de la CUD en hausse de 22,8%

 L’objectif visé par la Mairie de Douala porte sur la lutte contre le désordre urbain généré par l’activité de moto-taxi, l’amélioration de la qualité de service dans le secteur, la fluidification de la circulation dans les carrefours des grandes artères de la ville, et améliorer la qualité de vie des populations de la ville de Douala, explique le Dr.Roger Njitchoua, le 2ème adjoint au Maire de Douala, Coordonnateur du projet. D’après le Dr.Roger Mbassa Ndine, la démarche vise spécifiquement  par ailleurs à assurer la maîtrise et la régulation des flux des mototaxis, la sécurisation des usagers des mototaxis et l’assainissement du secteur de transport par mototaxis.

La Mairie de Douala envisage par conséquent mobiliser une enveloppe prévisionnelle de 2,177 milliards de FCFA. 690 millions seront destinés à l’aménagement des aires de stationnement des mototaxis sous financement CUD/Minhdu/partenaires au développement/entreprises privées. 1,050 milliard de Fcfa pour la formation des mototaxis (soit 50.000 fcfa par mototaxis) financés par la CUD/mototaximen/Mint/Minjec/entreprises privées/partenaires au développement. Une enveloppe de 3,200 millions de Fcfa subventionnés par la CUD/partenaires au développement, 400 millions de Fcfa destinés à la production des chasubles sous financement de la CUD/mototaximen/Mint/Minjec/entreprises privées/partenaires au développement. 

Lire aussi : CUD : prèès de 20 milliards de Fcfa de recettes non-reversées en 2020

L’enveloppe prévisionnelle intègre également la fabrication et la pose de signalisations verticales, l’appui aux forces du maintien de l’ordre, la communication et la sensibilisation. Charges exclusives de la Communauté urbaine de Douala à hauteur de 34,400 millions FCFA. Concernant les aires de stationnement, quatre points pilotes ont été identifiés: le carrefour Rond-point Deido (Douala 1er), le Carrefour Mutzig (Douala 4ème), le Carrefour Kotto et Rhône Poulenc (Douala 5ème). Nous apprendrons par ailleurs que chaque mototaximan sera identifiable par une chasuble de couleur agréé par la CUD: le bleu pour Douala 1er, violet à Douala 2, le jaune attribué à l’arrondissement de Douala 3, rouge et vert pour Douala 4 et 5. Dans les rangs des associations et syndicats des mototaxis, l’idée séduit. Le Synamotac (Syndicat national des mototaxis du Cameroun), influent regroupement des mototaximen de Douala, engage près de 400 adhérents dans le projet de la Mairie de Douala. 

Lire aussi : Mairie de Douala : les 100 premiers jours de Mbassa Ndine au scanner

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page