Echos des régionsOuest
A la Une

2 milliards pour réhabiliter le marché central de Bafoussam

Dans le cadre du programme « Contrat de désendettement et développement » urbain capitales régionales, la Communauté urbaine de Bafoussam, bénéficie de cette enveloppe destinée à la réhabilitation partielle des pourtours du marché central dont les travaux sont déjà en cours d’exécution pour une durée de quinze mois.

Les commerçants du marché A de Bafoussam pourront après quinze mois, s’adapter au nouveau décor de cet espace jadis « touffu » qu’ils fréquentent depuis des années. En effet, depuis quelques semaines, des engins appartenant à l’entreprise Buns Sarl, déterminés dans les fouilles au niveau des pourtours de ce marché, font des vas et viens dans le but de se libérer de ce qui ne sera plus utile pendant les travaux. Avant cette autre phase des travaux, les boutiques existantes jusqu’ici, en majorité construites en matériaux provisoires, avait été déjà détruites. Cette activité préliminaire, est préparatoire au début effectif des travaux de réhabilitation partielle de cet espace commercial. Si à cet endroit, un vide s’ouvre désormais aux usagers, l’entreprise en charge des travaux va désormais faire face aux petits commerces qui se créent sur cet espace libéré par les commerçants. Au passage, des curieux se font chacun une idée de ce qui pourrait être le plan de ces équipements marchands, classés comme étant des « projets générateurs de revenus » à la Communauté urbaine de Bafoussam (CUB).

Lire aussi : Cameroun : Bafoussam attend son centre de loisirs

Le projet de restructuration et de construction de ces équipements est financé par le Contrat de désendettement et développement (C2D) urbain dans son programme « capitales régionale ». Une enveloppe globale d’une valeur de 1.923.930.429F a été allouée à ce projet. Ce marché confié à l’entreprise Buns Sarl après un appel d’offre national et international, est constitué de deux lots. Il s’agit d’une part de la restructuration du marché A (lot 1) et d’autre part, de la restructuration du marché Casablanca et de la construction d’une salle polyvalente dans l’enceinte de l’hôtel de ville de Bafoussam (lot 2). Le coordonnateur et l’ingénieur de la cellule C2D à la Communauté urbaine de Bafoussam, respectivement, chef de service du marché et ingénieur dudit marché, ont été invité par le maire de la ville, à œuvrer chacun selon ses compétences pour la conduite à bon terme de ce projet.

Les commerçants recasés

Le maire de la ville de Bafoussam, en sa qualité de maître d’ouvrage dit être engagé à construire le projet jusqu’à son terme dans le but de donner à cette cité un nouveau visage encore plus attrayant. Roger Tafam dit être déterminé à mettre à la disposition des futurs locateurs de ces équipements marchands, des infrastructures modernes adéquates pour faciliter la bonne marche des activités des commerçants. « Au-delà de nos projets de 2021, nous aimerions bien au cours de notre mandat, mener des actions susceptibles de faire de la ville de Bafoussam, une ville radieuse, ouverte et offrant de nombreux attraits pour les affaires », lance-t-il.

Lire aussi : 401 milliards FCFA enregistrés pour le financement du 3eme C2D

Un tour dans les espaces fabriqués en matériaux provisoires pour accueillir les commerçants déguerpis, le jeudi 25 février dernier, ces derniers disent saluer l’initiative de les doter des boutiques modernes. Cependant même si certains émettent des réserves sur le respect des délais alloués au projet par l’entreprise adjudicataire. Car selon eux, il sera judicieux d’intégrer ces nouveaux locaux dans les délais annoncés afin qu’ils reprennent les activités dans les conditions idoines. Pour eux, il est désormais difficile pour les clients de se retrouver sur le marché. Cette situation aurait engendré une baisse de recettes journalières. Une situation qui ne cesse d’impacter les familles. Tous les commerçants déguerpis désormais dans leurs nouveaux espaces commerciaux nourrissent l’espoir de voir le démarrage des travaux être effectif dans les prochains. Ils espèrent intégrer ces boutiques dans quinze mois, délai prévu pour l’exécution desdits travaux.

Armel Djiogue

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page