Politiques Publiques

88 milliards pour éclairer 400 localités rurales

Le prêt concessionnel accordé par la Banque mondiale est destiné au financement d’un projet qui couvrira pendant cinq ans, six régions sous-desservies en électricité. Il concourt à la mise en œuvre du plan directeur d’électrification rurale.

Plus de 7389 km d’infrastructures de transport d’énergie électrique seront construits au cours des cinq prochaines années dans les régions de l’Adamaoua, l’Est, l’Extrême-Nord, le Nord, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. C’est dans le cadre du projet d’Electrification Rurale et d’Accès à l’Electricité dans les régions sous-desservies (Perace). Un accord de crédit, d’un montant de 150 millions de dollars soit environ 87,8 milliards de FCFA, a été signé le 12 juin 2020 à Yaoundé par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey et le Directeur des Opérations de la Banque mondiale au Cameroun, Ibrah Sanoussi, pour le financement partiel du projet.

Lire aussi : Le Cameroun emprunte 210 milliards FCFA pour des réseaux électriques Cameroun-Tchad 

Ces fonds vont permettre l’électrification d’environ 417 nouvelles localités dans certaines zones rurales soit 315 dans l’Extrême-Nord, 42 dans le Nord-Ouest, 30 à l’Est et 30 dans le Sud-Ouest. Près de 1 040 952 personnes en seront bénéficiaires dont plus de 521 000 personnes issues des familles pauvres. Les fonds vont aussi permettre de connecter plus de 200 000 ménages à ce réseau électrique. Dans les zones où l’extension du réseau électrique traditionnel n’est pas possible, il est envisagé la construction des unités de production sur la base de l’énergie solaire d’une capacité de 3 MW chacune. Soit 12 des 26 localités qui sont actuellement électrifiées en tant que systèmes isolés.

Structuré en trois composantes dont l’électrification rurale par extension du réseau, l’électrification rurale décentralisée et le soutien aux ménages pour les coûts de production, le Perace vise entre autres à réduire les disparités régionales en termes de taux d’accès à l’électricité, à jeter les bases de l’amélioration de l’accès à l’électricité des ménages et à soutenir l’industrie productive et le développement des activités génératrices de revenus. Ce projet concourt ainsi à la mise en œuvre du Plan de développement du secteur de l’électricité (PDSE) à travers le déploiement du plan directeur d’électrification rurale (Pder) adopté en 2017.

Lire aussi : Banque mondiale et Japon aident le Cameroun pour 65 000 branchements électriques en zones rurales 

Réduire les disparités

En effet, « alors que le Cameroun affiche un taux de couverture en l’électricité de 74% et un taux d’accès de plus de 50%, on observe de grandes disparités existent entre les régions. Les régions sous-desservies affichent un taux de couverture d’à peine 50%. On pourrait ainsi citer la région de l’Extrême-nord (46%), le Nord (46%), l’Adamaoua (52%) », précise Alamine Ousmane Mey. La mise en œuvre du projet permettra un accroissement du taux d’accès à l’électricité de 7,46%.

A travers une approche à moindre coût, le projet prévoit la création d’un fonds renouvelable pour aider les ménages à payer les frais de raccordement initiaux. Ainsi, explique Ibrah Sanoussi « le raccordement des ménages dirigés par des femmes dans les zones du projet sera considéré comme prioritaire. Une redevance fixe indexée sur le kilowattheure sera perçue pour rembourser les frais de raccordement préfinancés. Le plan est conçu de manière à ce que les gens paient 2 000 FCFA et remboursent les frais de raccordement sur une période de 5 à 8 ans, selon le type de raccordement. »

Lire aussi :  Electrification rurale : 79% de Camerounais dans cette zone rurale n’ont pas accès à l’électricité

Le Perace sera exécuté par l’agence d’électrification rurale (AER) tandis que le ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) assurera la maitrise d’ouvrage. Le crédit de la Banque mondiale est un prêt concessionnel dont le remboursement est étalé sur une durée de 30 ans dont 05 de différé. Les charges d’intérêt sont de 0,6% sur les fonds décaissés. La commission annuelle d’engagement est de 0,5% sur les fonds non décaissés. La commission annuelle de service est de 0,75% sur les fonds décaissés. Le remboursement se fera le 15 février et le 15 août de chaque année, en euro. 

A terme, le Perace dont le coût global est estimé à 249 millions de dollars (163 milliards de FCFA) va couvrir 687 localités dans les six régions identifiées, pour 1,5 millions de bénéficiaires.

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer