A la UneBanques et FinanceBanques et Finances

Accusations de favoritisme : le président de la BAD lavé de tout soupçon

Akinwumi Adesina faisait l'objet d'une enquête interne sur instructions du conseil d'administration de l'institution financière panafricaine.

Les résultats de l’enquête ont soigneusement été dissimulés au grand public. Nos confrères des journaux français Le Monde et Jeune Afrique ont toutefois eu accès au dossier d’enquête contre Akinwumi Adesina, le président sortant de la banque africaine de développement. La double enquête interne lancée de février à avril 2020 par le Département de l’intégrité et de la lutte contre la corruption, et le conseil des gouverneurs de la Bad a finalement lavé de tout soupçons le nigérian arrivé en fin de mandat à la tête de la banque panafricaine.

Des lanceurs d’alerte au sein de l’institution financière avaient, en effet, accablé  Akinwumi Adesina de plusieurs griefs: comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel, obstacle à l’efficacité, favoritisme, activités affectant la confiance dans l’intégrité de la banque et engagement dans des activités politiques etc. Ces derniers craignaient ainsi « une crise institutionnelle » au sein de la Bad.

>>LIRE AUSSI-Banque africaine de développement : l’héritage que laisse Célestin Monga

Le rapport de l’enquête menée par Takuji Yano, un des administrateurs de la Bad, d’origine  japonaise, a conclu que la plainte déposée contre le président de la Bad « ne reposait sur aucun fait objectif et solide ». Faute de preuves, les graves accusations contre le nigérian se sont effondrées les unes après les autres : « Je suis totalement convaincu que sur la base de faits et de preuves, les procédures régulières d’examen et la transparence révéleront que tout cela ne constituent que des allégations fallacieuses et sans fondement. Le comité d’éthique du conseil d’administration mène actuellement son action dans le cadre de ses systèmes d’enquête interne. Laissons le comité achever son enquête et ses travaux sans interférence de quiconque, ni de quelque média que ce soit. Bientôt la vérité éclatera au grand jour », avait réagi le président de la Bad.

Après le rapport Takuji Yano, ce dernier n’a malheureusement souhaité se prononcer. Rappelons que ce brûlant dossier intervenait à la veille de l’élection du président de la banque africaine de développement prévue dans quelques semaines.

>>LIRE AUSSI- Créations d’emplois au Cameroun : les propositions de la Banque africaine de développement

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer