Affaire Beh MengueContentieux judiciaires

Affaire Mebe Ngo’o : l’ex-Mindef s’explique sur le détournement de la somme de 1,3 milliard de F

La décision de déblocage de fonds « sans pièces d’emploi » n’est pas sans justification. Entendu à l’audience du 15 juillet dernier au Tribunal criminel spécial (Tcs), Edgard Alain expose sur ces fonds querellés. En sa qualité d’ex-ministre délégué à la Présidence chargé de la Défense (Mindef), il note que lesdits fonds ont servi à l’organisation de la fête du 20 mai 2012. Ces crédits ont été répartis en 02 parties : « Une partie pour l’achat des équipements Hcca (Habillage, couchage, camouflage, ameublement, Ndlr ; L’autre partie avait vocation à être débloquée en espèce pour être mis à la disposition des responsables militaires pour la préparation matérielle du 20 mai. »

Lire aussi : Opération épervier : pourquoi Mebe Ngo’o accuse l’Anif

La décision de déblocage des fonds « sans pièces d’emploi »porte sur un montant de 01 milliard 300 millions Fcfa. Devant la collégialité du Tcs, Edgard Alain souligne que les fonds en cause sont mis à la disposition de tous les responsables militaires au plan national et international. L’octroi des fonds est précédé de l’expression préalable des besoins par chaque requérant. Eu égard à la dimension restreinte des ressources financières par rapport aux besoins, le Mindef dit avoir procédé à des arbitrages. Et de clamer : « cet argent n’a pas été détourné. Les pièces sont aux services des affaires générales où se trouvent également les affaires de la société Limousine prestige. »

Complicité alléguée du couple

 Dans l’ordonnance de renvoi, Edgard Alain Mebe Ngo’o est poursuivi, en partie  pour détournement de bien public en complicité avec son épouse. L’accusé Bernadette Minla Nkoulou aurait, d’après l’accusation, bénéficié de cet argent. Et ce, par le biais de la société Limousine prestige, dont elle est la promotrice. Face à la collégialité, Edgard Alain Mebe Ngo’o continue de nier les faits qui lui sont reprochés : « Le Mindef ne passe pas le temps à réfléchir à comment détourner de l’argent. Mais, il travaille à la mise en condition opérationnelle et matérielle des hommes ».

Edgard Alain Mebe Ngo’o est une fois de plus interrogé sur le chef de détournement présumé à l’occasion des marchés spéciaux.

Lire aussi : TCS : Edgard Alain Mebe Ngo’o remet en cause la pertinence des accusations du Ministère public

Pour l’année 2015, 13 marchés sont répertoriés. 10 de ces marchés sont dits fictifs. En outre, 02 sont à la fois « fictifs » et « surfacturés ». Le montant total du détournement par surfacturation est de 122 480 964 Fcfa. La somme de 368 557 107 Fcfa aurait été distraite par le biais des marchés « fictifs ». Le total du détournement allégué des marchés à la fois dit fictifs et surfacturés est de : 491 038 071 Fcfa.

Signature des marchés

L’accusé Mebe Ngo’o note pour le déplorer le fait que ces détournements sont prononcés, « nonobstant toutes les précautions qui sont prévues dans le processus d’exécution de la commande publique. » A cet effet, l’ex-Mindef va valoir l’idée selon laquelle, le détournement résulterait d’une œuvre collective, si jamais, l’infraction aurait été réellement commise. « Nous devons être ici dans le box avec tous les acteurs de la chaine de l’exécution de la commande publique. L’ordonnateur délégué à qui je ne reproche rien, le contrôleur financier qui travaille en toute indépendance, le comptable… Ils devraient être cités comme complice. »

Lire aussi : Opération épervier : nouvelles accusations de Mebe Ngo’o contre le Dg de l’Anif

Edgard Alain Mebe Ngo’o poursuit ses observations sur les documents lui sont soumis. Il s’agit du crédit de paiement d’un montant de 39 729 600 Fcfa. Ensuite, l’ordonnance de paiement. D’après le mis en cause, ce document  comporte le visa du contrôleur financier, Akoa Akoa Samuel, avec mention « dépense validée ». Il porte également la signature de l’ordonnateur délégué, le capitaine de vaisseau, Djou Atangana Alphonse Marie. Ce qui valide accrédite et valide « la régularité et la conformité des marchés ». L’imprimé de la demande de procédure simplifiée, est passé en revue. « Il porte la signature  de l’ordonnateur délégué et du contrôleur financier. Le bon d’engagement est signé à la fois de l’ordonnateur délégué et du contrôleur financier. Il y a également la signature du comptable », précise Edgard Alain Mebe Ngo’o, non moins auteur de la signature de la  décision de déblocage des fonds. «  Elle est postérieure à la signature des marchés», a-t-il tenu à ajouter, non sans souligner que, « les marchés sont signés par mes soins lorsqu’ils n’excèdent pas 200 millions Fcfa ».

Lire aussi : Affaire Mebe Ngo’o : comment Victor Menye a fait de SCB la « plaque tournante » des opérations de détournement

L’audience du 15 juillet de l’année en cours a été suspendue au terme de l’audition du principal accusé. La cause est renvoyée au 25 et 27 août prochains. Elle reprendra les 07 et 08 septembre de l’année en cours. 

Les marchés spéciaux dits fictifs

Cote R-1795 montant : 148 500 269 Fcfa 

Cote R-1796 montant : 42  988 797 Fcfa 

Cote R- 1797 montant : 48 100 Fcfa 

Cote R-1798 montant : 44 800 Fcfa 

Cote R-1799 montant : 184 555 108 Fcfa 

Cote R-1100 montant : 43 530 Fcfa 

Cote R-1101 montant : 43 530 Fcfa ;

Cote R-1102 montant : 54 152  600 Fcfa 

Cote R-1103 montant : 38,498 millions Fcfa 

Cote R-1784 montant : 168 622 481 Fcfa 

Cote R-1785 montant : 199 934 626 Fcfa

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page