A la UneBusinessDossiers

Affaire Nextell : Paul Biya valide les recommandations du Comité ministériel présidé par le PM Dion Ngute

Selon des informations concordantes, le président de la République du Cameroun devrait trancher de manière définitive en faisant appliquer 22 recommandations du comité interministériel mis en place par le Premier ministre Dion Ngute.

S’achemine-t-on vers la fin de la résolution de la crise au sein de NEXTTEL Cameroun ? C’est du moins ce que laissent penser certaines informations recueillies auprès de diverses sources proches du dossier. Selon ces dernières, le gouvernement vietnamien, sera représenté à Yaoundé par le vice-Premier ministre Vuong Dinh Hue afin de résoudre le conflit qui oppose les actionnaires de cette société.  Cette visite, indique-t-on, devrait être l’occasion choisie par Paul Biya de prendre une décision permettant aux Vietnamiens de revenir au sein de l’instance dirigeante de cet opérateur de télécoms. En ordonnant, entre autres, de mettre en application les recommandations édictées par le comité interministériel.

Après plus d’un an de divergences entre les deux associés de l’entreprise, que sont Bestcam et Viettel Global, le comité interministériel, présidé par le Premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute, a tenu de nombreuses réunions et réalisé des enquêtes indépendantes au terme desquelles se dégage une liste de 22 recommandations approuvées en juillet 2019. Elles traitaient directement de la question des ressources humaines vietnamiennes et du rôle de Viettel Global dans la coentreprise.

Le conflit au sein de NEXTTEL Cameroun est en tout cas suivi depuis plusieurs mois par le président camerounais. Peu après la divulgation des informations sur les litiges dans la coentreprise NEXTTEL entre les deux partenaires, l’envoyé spécial Quoc Cuong, du gouvernement vietnamien va conduire une délégation au Cameroun en mai 2019, dans le but de trouver rapidement les diverses orientations de solutions. Par la suite, Paul Biya charge personnellement le Premier ministre de rechercher et de trouver des propositions pour régler le litige. Dans cette perspective, le comité interministériel est créé et va se réunir à plusieurs reprises pour organiser et mener des enquêtes indépendantes.

En fin juillet 2019, le comité rend une copie dans laquelle sont contenues 22 recommandations en vue de la résolution de la discorde. Ces recommandations sont approuvées par Joseph Dion Ngute, et font ensuite l’objet d’un rapport complet au chef de l’Etat. Principalement sur cette liste, il y a deux propositions qui traitent directement de la question des ressources humaines vietnamiennes dans la coentreprise. Le Comité interministériel recommande ainsi que le personnel vietnamien empêché par Bestcam de travailler, retrouve son titre, son poste, ainsi que ses droits et avantages sociaux.

Cela ne sera pas le cas. Bien que Viettel Global ait souvent fait preuve de bonne volonté pour une résolution du conflit sans heurts, Bestcam va s’employer à empêcher l’application desdites recommandations. Entre temps, elle est accusée par son partenaire de manipuler des entreprises communes lors de la collecte du produit de vente sur des comptes personnels, retarder les paiements aux partenaires et nommer de manière arbitraire du personnel pour des postes importants. Par ailleurs, Bestcam s’est aussi inscrit aux abonnés absents lors de nombreuses réunions convoquées par le Premier ministre. Plus grave encore, une campagne médiatique destinée à discréditer le rôle du gouvernement dans la résolution à l’amiable de la crise va être organisée.

Mouvement fort et intransigeant du gouvernement du Cameroun

Ignorant tout cela, le gouvernement décide alors de se désigner comme un représentant  pleinement habilité à traiter et à prendre la décision finale. Un signal fort qui montre que l’Etat camerounais prend la pleine mesure de la situation actuelle du conflit, et réaffirme ainsi son intention de garantir les droits légaux de Viettel Global qui, il faut le rappeler, reste actionnaire majoritaire de NEXTTEL avec plus de 70% des parts de l’entreprise. Selon plusieurs avis, la solution adéquate pour une sortie de crise consiste à laisser d’autres entreprises locales acquérir des actions entières de Bestcam en vertu du droit camerounais. Cette solution doit être envisagée, décidée afin d’obtenir rapidement une approbation dans les trois prochains mois.

Selon les estimations du ministère des Postes et télécommunications (MINPOSTEL) et de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) la coentreprise NEXTTEL pourrait s’effondrer dans un délai de six mois si la situation persiste. L’effondrement de l’opérateur aura de nombreuses conséquences imprévisibles tant sur le plan financier que sur celui de l’investissement, des activités sociales ou de la diplomatie. Et si ça dégénère, un procès devant la cour internationale d’arbitrage de Singapour sera inévitable.

Décision importante concernant la gestion de la coentreprise

Les dernières informations font état de ce qu’après plus de trois mois de blocus, (jusqu’en octobre 2019), le président camerounais va rendre une décision officielle autorisant les employés de Viettel Global à revenir et à exploiter l’entreprise commune. Cette décision a été identifiée comme un geste clair fondé sur le droit. Il confirmera le droit légitime des partenaires vietnamiens, garantira le droit des travailleurs étrangers et des populations locales grâce au rétablissement du service de télécommunication après les nombreux risques causés par ce conflit prolongé.

C’est dans ce cadre que, du 1er au 3 novembre 2019, le vice-Premier ministre vietnamien Vuong Dinh Hue va effectuer une visite officielle au Cameroun. C’est une visite diplomatique importante dont les discussions porteront sur deux principales questions : la coopération bilatérale Cameroun-Vietnam et les décisions liées au règlement des différends au sein de NEXTTEL. Au regard de la préparation minutieuse de cette rencontre diplomatique, il est clair qu’il s’agit d’une action forte qui témoigne de l’attention particulière du gouvernement vietnamien à la situation de NEXTTEL. L’Etat vietnamien considère qu’il ne s’agit pas non seulement d’un différend qui entraîne de simples pertes financières, mais qui a également des impacts négatifs importants sur la société, le peuple camerounais et la coopération diplomatique entre les deux pays.

Effets imprévisibles

Il faut en tout cas lever ces contraintes qui pourraient créer des effets imprévisibles liés à l’interruption de l’exploitation de NEXTTEL et affecteraient de nombreux services ainsi que des activités de la vie sociale.  Le différend au sein de la coentreprise, qui découle de l’inconduite de Bestcam, a non seulement entraîné des pertes financières, mais a également de nombreuses répercussions sur l’ensemble de la chaîne logistique des services de télécommunication. La période la plus typique du différend est septembre 2018, lorsque tous les Vietnamiens perdent le droit de participer à la coentreprise. Après cela, la gestion de la société est rapidement devenue chaotique, ce qui a entraîné le blocage des systèmes opérationnels. Le manque de ressources humaines pour contrôler et maintenir le système, car la qualité du signal, devenue trop souvent encombrée dans de nombreuses régions. Plus grave, une série de pannes de service dans les régions
de la partie nord du pays ont eu lieu de manière simultanée sur plusieurs jours, ou ont été totalement absentes du support des clients par le biais des
canaux de vente. Ces interruptions directes et indirectes ont causé de
nombreux torts aux activités sociales quotidiennes et aux activités de
communication dans de nombreux autres domaines.                                 

                                             DÉVELOPPEMENT DES LITIGES À NEXTTEL

  • Décembre 2012 : signature du contrat de franchise de fourniture de services de télécommunication et de téléphonie mobile. La coentreprise NEXTTEL est créée avec deux parties : l’investisseur principal Viettel Global (détenant 70% des actions) et le partenaire local Bestcam (détenant 30% des actions).
  • 2014 : des litiges commencent à se produire lorsque Bestcam se rnd coupable de nombreuses inconduites, telles que la modification arbitraire de la charte des actionnaires pour supprimer le pouvoir décisionnel du directeur général, le contrôle unilatéral de la situation financière, de la position de direction et de la responsabilité de signature des associés.
  • Novembre 2018 : le différend devient maximum. Bestcam interdit aux Vietnamiens d’aller en compagnie pour travailler. M. Baba Danpullo a également envoyé une lettre au ministre du Travail afin d’intervenir pleinement dans l’octroi de permis de travail aux Vietnamiens.
  • Mars 2019 : le Premier ministre camerounais a mis en place un comité interministériel sur la base des instructions du président après avoir entendu un rapport sur le conflit entre les deux partenaires, Viettel Global et Bestcam.
  • Mai 2019 : une délégation diplomatique représentant le gouvernement du Vietnam, dirigée par l’envoyé spécial Quoc Cuong, s’est officiellement rendue au Cameroun pour une visite de travail afin de résoudre le différend à Nexttel. Au cours de cette même période, le comité interministériel a organisé de nombreuses réunions et enquêtes indépendantes avec les parties prenantes.
  • Juillet 2019 : le comité interministériel parvient à la conclusion finale, prouvant les erreurs de Bestcam dans les activités de coentreprise. Dans le même temps, la liste comprenant 22 recommandations avait été approuvée par le Premier ministre du Cameroun et intégralement rapportée au président.
  • Prévu en novembre 2019 : le gouvernement vietnamien dirigé par le vice-Premier ministre Vuong Dinh Hue représentera le gouvernement vietnamien et se rendra officiellement au Cameroun pour résoudre le conflit à NEXTTEL.

 

Dommages en termes de diplomatie et de commerce international

Sur le plan diplomatique et du commerce international, les répercussions sont également importantes. Bestcam est désormais reconnu comme un partenaire local risqué pour toute autre activité de coentreprise. Si les désaccords avec Nexttel continuaient à retarder le règlement, ce serait les prémices d’une perte de confiance de potentiels investisseurs en l’Etat camerounais. Ils ne pourront plus s’associer en toute quiétude avec des acteurs locaux. Au fur et à mesure que des projets sont mis en œuvre, les investisseurs vont progressivement envisager de retirer leurs fonds, craignant d’être manipulés sans être protégés par le gouvernement. Au cours de la longue période de relations diplomatiques, cet impact négatif a affecté la capacité à attirer des investissements au Cameroun. Par conséquent, le retour des Vietnamiens pour participer à la coentreprise Nexttel peut également être interprété comme une annonce positive du président camerounais et de son engagement à protéger pleinement les intérêts de tous les partenaires ; reconstruisant ainsi une bonne image aux yeux des partenaires internationaux.

Articles Liés