A la UneBanques et FinancesDossiers

Afriland First Bank maintient son leadership au Cameroun

Avec un total de bilan de 1,8 milliard de dollars en 2018 et un produit net bancaire de 94 millions de dollars, l’établissement de crédits camerounais est le plus performant du pays, devant des filiales de grands groupes étrangers.

Le leader du secteur bancaire au Cameroun reste Afriland First Bank. Le classement 2019 des 200 premières banques du continent africain effectué par le magazine Jeune Afrique vient de le confirmer. L’établissement de crédit, filiale d’Afriland First Group de l’intellectuel milliardaire camerounais Dr Paul Fokam Kammogne, conserve son statut sur le marché camerounais de la banque grâce à un total de bilan de 1 802 millions de dollars (environ 1 702 milliards de FCFA) réalisé en 2018, et un produit net bancaire (PNB) qui s’est élevé à 94 millions de dollars, soit environ 56 milliards de FCFA.

Dirigée par Alphonse Nafack, Afriland First Bank Cameroun surclasse, comme c’est le cas depuis plusieurs années, les filiales des grands groupes bancaires étrangers. Société Générale est ainsi la deuxième banque au Cameroun (5e en Afrique centrale et 144e au plan continental) avec un total de bilan de 926 milliards de FCFA environ et un PNB de 120 millions de dollars. La Banque international du Cameroun pour l’Epargne et le Crédit (BICEC) vient en troisième position, pour avoir réalisé 1 306 million de dollars de total bilan pour un PNB de 90 millions de dollars.

Viennent ensuite : Société Commerciale de Banque du Cameroun (avec un total bilan de 1078 millions de dollar contre un PNB de 85 millions de dollar) ; Ecobank Cameroun (avec un total de bilan de 850 millions de dollar contre un PNB de 71 millions de dollar) ; UBA Cameroon (total de bilan de 487 millions de dollar contre un PNB de 28 millions de dollar) et EDC Investment Corporation (total de bilan de 4 millions de dollar contre un PNB de 1 million de dollars).

Selon des observateurs, le leadership d’Afriland First Bank au Cameroun se justifie par le fait que la banque a su créer et implémenter dans son domaine un modèle qui obéit aux besoins de son environnement. Née en 1987 sous le nom de Caisse Commune d’Epargne et d’Investissement (CCEI), la banque était arrivée dans un environnement économique marqué par une conjoncture défavorable et une faillite généralisée des banques exerçant dans le pays. Elle a su mettre à la disposition de la clientèle des produits adaptés et a pu implémenter la démocratisation de la finance. A ce jour, Afriland First Bank compte une quarantaine d’agences disséminées dans toutes les régions du Cameroun.

Les performances d’Afriland First Bank Cameroun lui ont fait gagner 10 places dans le classement général susmentionné, passant du 141e au 131e rang au niveau continental. En Afrique centrale, elle est classée troisième parmi les 42 banques répertoriées, derrière BGFI Holding Corp. et BGFIBank Gabon. A l’observation, la position de leader en Afrique centrale aurait pu être plus importante encore si le groupe Afriland n’avait pas été exclu du classement, parce qu’ayant son siège social en Suisse.

Quatre banques camerounaises dans le Top 200 d’Afrique

Elles ne sont que quatre, les banques camerounaises, à figurer parmi les 200 premières en Afrique, selon le classement que vient de publier le magazine Jeune Afrique dans une de ses éditions spéciales. Le quatuor est composé d’Afriland First Bank qui gagne 10 places pour occuper le 131e rang, Société Générale Cameroun qui gagne également des places et se positionne 144e, Banque Internationale pour l’Epargne et le Crédit qui régresse de trois places et devient 162e au classement, et enfin Société Commerciale de Banque Cameroun à la 182e place. Au cours de l’année dernière, ces banques ont réalisé un total de bilan de 5,742 milliards de dollars. Des performances cumulées qui peuvent paraitre importantes, mais qui restent marginales par rapport à celles des grands groupes bancaires du continent.

De manière globale, le secteur bancaire africain a négativement été impacté en termes de profitabilité, principalement à cause de la baisse des crédits, la diminution des actifs et la hausse du coût du risque, analyse Jeune Afrique. « En 2018, le total des actifs des 200 banques les plus performantes du continent a reculé de 7,9%, la baisse la plus importante depuis plus de cinq ans », apprend-on. Les actifs cumulés se sont élevés à 1 608,8 milliards de dollars l’année dernière, contre 1 746,9 milliards de dollars en 2017. Les revenus ont naturellement connu la même tendance, le PNB cumulé s’étant établi à 69,9 milliards de dollars, contre 74 milliards de dollars en glissement annuel.

La répartition du total de bilan cumulé par région montre davantage que l’Afrique centrale reste le ventre mou du secteur bancaire africain. Le total de bilan des 42 banques de la sous-région a augmenté de plus de 9 % en douze mois, passant de 25,9 milliards de dollar à 28,2 milliards de dollars. Mais, le PNB a baissé de 4 %, soit la deuxième plus grande baisse du continent. De fait, la sous-région ne représente que 1,1% loin derrière l’Afrique australe, championne avec 44,8%, l’Afrique du Nord qui a augmenté sa part et se retrouve avec 34,4%, l’Afrique de l’Ouest (13,7%) et l’Afrique de l’Est qui vient avec 6%.

Le trio de tête des 200 plus grandes banques est sud-africain avec Standard Bank Group, Firstrand Banking Group et Standard Bank of South Africain. Le pays compte d’ailleurs une dizaine de banques dans le Top 50, qui connait également une forte présence des établissements de crédit d’Afrique du Nord, mais aussi du Nigeria.

 

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!