Chargement des breaking news...
Conjoncture

Agriculture : 03 champs semenciers pour la relance de la culture du blé au Cameroun

Assurance est donnée par le Directeur général de l’Institut de recherches agricoles pour le développement(Irad), Dr Noé Woin en visite sur les sites le 28 octobre dernier dans l’Adamaoua.

Publiée mercredi 2 novembre 2022 à 20:51:03Modifiée mercredi 2 novembre 2022 à 20:51:07Temps de lecture 2 minPar Marius Zogo

L’enveloppe de 10,3 milliards de FCFA octroyée à l’Institut de recherches agricoles pour le développement (Irad), au mois de juillet dernier par le chef de l’Etat pour la relance de la filière blé au Cameroun s’utilise déjà à bon escient. C’est ce que laisse entendre Noé Woin, le Directeur général de l’Irad confié au quotidien national bilingue Cameroon Tribune. En effet, pour la relance de la culture du blé au Cameroun, il faut commencer par mettre à la disposition des producteurs, de la semence. C’est dans cette optique que 03 champs semenciers ont été lancés le 29 juillet dernier dans la région de l’Adamaoua ; région qui a abrité l’ancienne Société de développement du blé au Cameroun (Sodéblé). Il s’agit précisément  des sites de Wakwa, Wassandé (45 ha pour 180 tonnes attendus) et Mbang-Mboum (3 ha pour 12 tonnes de semences attendues).

Lire aussi : Fonds bleu: la CEEAC peaufine une stratégie de valorisation de ses ressources

D’après Noé Woin, il ne faut pas s’attendre à la rupture subite des importations de blé quelques mois seulement après le lancement de campagne pour le simple fait que le projet encore en phase d’implémentation, ne produira pas suffisamment de semences tout de suite. Par contre, « il faut attendre au moins deux ou trois ans pour que les semences soient multipliées en grandeur nature », précise-t-il.

Lire aussi : Douala : une centaine d’immeubles menacés de démolition

L’atteinte de ces objectifs, apprend-t-on de la même source, surviendra de façon méthodique et progressive jusqu’à la fin du projet de relance du blé qui s’étend sur 5 ans. «Dès la campagne agricole 2023, nous lancerons progressivement la production des semences de base à grande échelle des variétés aux qualités confirmés avec le Minader afin que les bénéficiaires, les coopératives, les sociétés agricoles puissent prendre le relais dans le but d’associer le tissu économique du pays basé sur la chaîne de valeur du blé ».

Lire aussi : Développent durable : l’Union européenne alloue 29 milliards de Fcfa au Cameroun

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner