Business

Agriculture : Société Générale gère un fonds de 3,7 milliards pour le Pea-jeunes

A travers une convention signée le 24 avril dernier à Yaoundé, qui permet de refinancer 11 microfinances partenaires du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes).

3,75 milliards de FCFA. C’est le fonds que le Programme de promotion de l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes) a confié le 24 avril dernier à Yaoundé à Société Générale Cameroun (SGC). A travers une convention, SGC va gérer un fiduciaire de 3,75 milliards FCFA pour le refinancement des établissements de micro finance (EMF) partenaires du PEA-Jeunes. Conformément à l’accord de financement conclu entre la République du Cameroun et le Fonds International de développement agricole (Fida).

Selon Bernard Hien, directeur Afrique centrale du FIDA, le refinancement des EME signifie ici qu’on met à la disposition de Société Générale une ligne de financement qui est utilisé pour donner du financement aux 11 EMF qui travaillent avec le PEA-Jeunes pour que ces derniers puissent donner du crédit aux bénéficiaires.


>> Lire aussi – Société Générale Cameroun avance tout en reculant


La mise en place de ce mécanisme de refinancement explique Bernard Hien, viendra soulager les tensions de liquidité périodiques des 11 EMF partenaires et renforcer leur contribution au financement des jeunes entrepreneurs agropastoraux bénéficiaires du PEA-Jeunes. Le gouvernement camerounais a sollicité l’appui du Fonds International de développement agricole pour la conception et la mise en œuvre du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes).

Le PEA-Jeunes vise à soutenir le développement d’entreprises rentables gérées par les jeunes hommes et femmes, dans les filières agro pastorales porteuses, pour contribuer au développement d’une agriculture performante, lutter contre la pauvreté rurale et améliorer la sécurité alimentaire. De façon spécifique, il s’agira de fournir des appuis financiers et non financiers adéquats pour la création et la gestion d’entreprises agro-pastorales performantes par les jeunes et de promouvoir le développement d’un cadre politique, organisationnel et institutionnel favorable à la création et au développement des entreprises agropastorales de jeunes..


>> Lire aussi – Agriculture: où en est-on des programmes agropoles?


Le PEA-Jeunes a été mis en place en 2015 par le gouvernement dans l’optique de donner aux jeunes hommes et femmes (18 ans-35 ans) les moyens d’accroître leurs revenus et d’améliorer la sécurité alimentaire. Ceci à travers des entreprises rentables, intégrées dans les filières agropastorales porteuses le long de la chaine des valeurs et offrant des opportunités d’emplois viables. A l’horizon 2021, il est attendu du PEA-Jeunes la création et le développement de 3 700 entreprises agropastorales, l’intégration effective de l’entrepreneuriat dans les curricula des centres des centres de formation agro pastorales, etc.

Le secteur agricole camerounais constitue le principal moteur de la croissance économique en milieu rural et dispose de nombreux atouts dont : la forte demande intérieure et extérieure pour les produits vivriers, animaux et halieutiques, le grand potentiel d’accroissement de la productivité, des conditions agro-écologiques favorables permettant une grande variété de productions, et la disponibilité des terres agricoles.


>> Lire aussi – Crédits: Société générale dame le pion à Afriland


Malgré la présence de telles potentialités, la moitié de la population rurale camerounaise vit dans des conditions difficiles. Les jeunes ruraux confrontés au manque d’opportunités en milieu rural, au manque de qualification et de moyens, font partie des personnes les plus vulnérables. Les jeunes représentent pourtant 78% de la population, ce qui est une main d’œuvre potentielle immense.

L’emploi des jeunes de façon générale, et dans le secteur agro pastoral en particulier, est pour le Cameroun, un enjeu majeur pour la réduction de la pauvreté, la préservation de la cohésion et la paix sociale. C’est dans ce cadre que le Gouvernement Camerounais a sollicité l’appui du Fida.

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!