Chargement des breaking news...
Session Parlementaire De Mars 2022

Assemblée nationale : le gouvernement présente sa stratégie de réduction du coût du bitumage des routes

La construction d’une usine de production du bitume et le processus engagé par l’Etat visant le rééquipement du parc matériel national du génie civil participent de cette quête.

Publiée lundi 4 avril 2022 à 10:41:28Modifiée vendredi 3 mai 2024 à 12:04:16Temps de lecture 3 minPar EcoMatin

Le coût du bitumage des routes au Cameroun reste exorbitant par rapport à la moyenne africaine. Le constat est de l’honorable Saya Kaigama Moustapha en session plénière de l’Assemblée nationale. Un constat, qui a fait son nid au sein de l’opinion publique depuis belle lurette car à chaque fois, des comparaisons sont faites avec des infrastructures des pays voisins.

Lire aussi : Assemblée nationale : 8 projets de loi sur la table des députés

Interpellé, le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, a rappelé aux députés les facteurs qui peuvent influencer le coût des travaux de construction des routes à savoir : les caractéristiques du projet, la rigueur dans les coûts prévisionnels, le système de passation des marchés, l’environnement économique global et le climat des affaires, la disponibilité de l’assiette des travaux et le suivi. Face à ces considérations, des mesures ont été prises pour réduire de manière significative le coût du bitumage. De la bonne estimation des coûts prévisionnels à la maturation complète du projet avant sa mise en marche, le ministre a rappelé également la « disponibilité des équipements du génie civil. Le processus engagé par le gouvernement visant le rééquipement du parc matériel national du génie civil participe de cette quête ».

Lire aussi : Muyali Mary Boya entre dans le quinté des vice-présidents de l’Assemblée Nationale

Depuis 2017, on note une tendance baissière du coût de construction des routes avec notamment la production des granulats, le recours à la fourchette des prix mis en place au Mintp et le respect du dimensionnement dans la typologie de la route, a rassuré Emmanuel Nganou Djoumessi. Une étude est d’ailleurs en cours de finalisation au niveau du ministère des Mines, de l’Industrie et du développement technologiquepour la construction d’une usine de production de bitume.La disponibilité du site pour son érection a été confirmée par les autorités portuaires de Kribi. Cette usine en gestation permettra de réduire de manière significative le coût des constructions des routes.

Lire aussi : Présidence de l’Assemblée Nationale : Cabral Libii explique pourquoi il n’a pas voté pour Jean-Michel Nintcheu

Rappelons que le réseau routier camerounais est long de 121.873 km au 31 décembre 2021. Environ 80% sont en terre et 9.133 km sont bitumés. « Il faut garder ce réseau trafficable en toute saison. Cela passe par un entretien efficace qui appelle à des moyens conséquents. Il faut accroître le réseau routier bitumé, son linière et maîtriser ses coûts de construction ou de réhabilitation », a conclu le Mintp devant la représentation nationale.

René Ombala 

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner