ConjonctureNon classé

Automobile : 36 centres de contrôle technique en situation irrégulière au Cameroun

Le ministre des Transports donne 45 jours aux promoteurs de ces entreprises de bien vouloir se conformer aux exigences du cahier de charges régissant l’activité de contrôle technique automobile au Cameroun.

La loi est dure mais c’est la loi. Dans un communiqué publié le lundi 2 mars 2020, le ministre des Transports (Mintrans) invite les promoteurs des centres de contrôle technique automobile de bien vouloir se conformer aux exigences du cahier de charges régissant l’activité de contrôle technique automobile au Cameroun, au plus tard à l’expiration du délai de 45 jours accordé le 31 janvier 2020 dans leur lettre de mise en demeure.

Il rappelle à ce sujet qu’à l’issue des contrôles de conformité desdits centres, engagés sur l’ensemble du territoire national depuis 2016 et poursuivis dans le cadre de la réforme entreprise par le gouvernement, en vue de la sécurisation du processus de délivrance de la vignette, le rapport d’audit établit que 36 centres de contrôle technique automobile sont encore dans une situation de non-conformité.

Réduire les accidents sur les routes

Le Mintrans Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe tient donc à préciser que le délai de mise en demeure, de 45 jours sus-évoqué expire le 15 mars 2020. « Les sanctions prévues par la réglementation en vigueur seront rigoureusement appliquées, à compter de ladite date ». Il dit pouvoir compter sur « le civisme et le sens élevé de responsabilité des opérateurs concernés, à l’effet de réduire à sa plus simple expression le nombre d’accidents de la circulation liés à l’état technique des véhicules ».

4 solutions pour inverser la courbe

Malgré les multiples mesures prises par le gouvernement pour sensibiliser les usagers de la route, les accidents de la circulation continuent de faire des victimes. Le Cameroun enregistre en moyenne plus de 16 000 accidents de la route chaque année, qui tuent plus de 1 200 personnes, selon les chiffres officiels et un peu plus de 6 000 selon l’Organisation mondiale de la Santé (Oms). Dans son rapport sur la sécurité routière rendu en 2018 (« Evaluation de la performance en matière de sécurité routière (EPSR) Cameroun »), l’Onu propose quatre solutions pour inverser la courbe des accidents de la circulation. D’abord, sécuriser les documents délivrés par les centres de visite technique. Ensuite, augmenter le nombre de centres exerçant sur le territoire. Un nombre insuffisant, au regard du volume du parc automobile.

Seulement 32 centres, pour contrôler un peu plus d’1 million de véhicules en circulation. Autre solution proposée par l’ONU, le relèvement des équipements des centres de visite technique automobile, et la formation du personnel. Selon l’étude, « Les personnels, dans ces centres, chargés d’effectuer les tests des véhicules ne sont pas suffisamment qualifiés et ne suivent pas régulièrement de formation de recyclage ».

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer