Non classé

Banque Mondiale : l’offensive camerounaise

Jean-claude Tchatchouang, économiste, a été installé ce 12 octobre 2018 comme administrateur de l'institution de Breton Woods pour le groupe des 23. il occupait déjà le poste d'administrateur suppléant de la Banque mondiale auprès du Groupe Afrique ll.

C’est à Washington que les gouverneurs du Groupe Afrique II tiendront leur prochaine concertation. Ce sera en avril 2019. C’est l’une des résolutions issues de la concertation  des gouverneurs du Fmi, le Fonds monétaire international et du Groupe de la Banque Mondiale (Gbm), pour les pays membres du Groupe Afrique, tenue le 12 octobre 2018 à Bali en Indonésie. Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, figurait le point sur la nomination par les gouverneurs du Fmi et de la Banque mondiale suivie de leur prise de fonction, des nouveaux administrateurs du Fmi et de la Banque Mondiale pour les 23 pays du Groupe:le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap Vert, la Centrafrique, les Comores, la République du Congo, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, Djibouti, le Gabon, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, Madagascar, le Mali, l’Ile Maurice, la Mauritanie, le Niger, Sao Tomé et Principe, le Sénégal, le Tchad, et le Togo.

Le Mauritanien Mohamed-Lemine Raghani, devient nouvel administrateur du Fmi. En remplacement du sénégalais Daouda Sembene.  Seydou Bouda sera quant à lui remplacé par le camerounais Jean-claude Tchatchouang, propulsé administrateur de la Banque mondiale pour le groupe des 23, Afrique ll. Cet économiste de formation a été  conseiller Principal de l’administrateur en charge de 24 pays africains à la Banque Mondiale à Washington. Il entame avec ce nouveau poste la 34ème année de sa riche carrière internationale qui le mènera  entre autres à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Beac) et au Fonds Monétaire Internationale (Fmi), et à aujourd’hui à la Banque Mondiale.

Mohamed-Lemine Raghani occupait le poste d’adjoint au directeur exécutif du Fmi pour le groupe Afrique II. Quant à Jean-Claude Tchatchouang, il occupait le poste d’administrateur suppléant de la Banque mondiale auprès du Groupe Afrique ll. Rappelons que les travaux de Bali rentraient dans le cadre des assemblées annuelles entre  Fmi et de la Banque mondiale auxquelles prenaient part entre autres, les pays de la Cemac et de la Cedeao.

Occasion pour les Ministres des finances et de l’économie, les présidents des communautés économiques régionales d’Afrique centrale et de l’Ouest ainsi que les gouverneurs de la BEAC et de la BCEAO de la Cemac et de l’Uemoa d’aplanir quelques divergences avec ces  deux institutions de Breton Woods. Notamment le cadre de conception des programmes que le Fmi entend mettre en œuvre dans les Etats de ces deux espaces communautaires. Le Fmi et la Banque mondiale envisagerait un nouveau cadre de programmes pour les pays des zones Cemac et Uemoa, basé sur le traitement des concours financiers que les banques centrales de ces communautés économiques régionales accordent aux Etats de l’Afrique centrale et de l’ouest, pays de la zone Franc.

 

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!