Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

Barrage hydroélectrique de Memve’ele : la production remonte à plus de 200 MW

Après avoir perdu 82% de ses capacités pendant le dernier étiage, l’ouvrage est remonté en puissance à la faveur du retour des pluies qui ont entraîné une amélioration significative de l’hydrologie du fleuve Ntem.

Publiée mercredi 5 avril 2023 à 20:07:05Modifiée jeudi 6 avril 2023 à 09:52:50Temps de lecture 3 minPar Jean Omer Eyango

Mise en eau du Barrage de Memve_ele

Le barrage hydroélectrique de Memve’ele dans le Sud, injecte 200 MW d’électricité environ dans le Réseau interconnecté sud (Ris). Selon des sources autorisées au ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) et auprès d’Electricity Development Corporation (EDC), la société de patrimoine qui gère cet ouvrage, cette (re)montée en puissance du barrage, qui améliore conséquemment le service de l’électricité dans les régions du Centre, du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest, du Sud, du Sud-Ouest et désormais de l’Est, est consécutive à une amélioration significative de l'hydrologie sur le fleuve Ntem sur lequel est construit Memve’ele, à la faveur du retour des pluies depuis mi-mars 2023. La centrale a donc presque retrouvé ses pleines capacités qui sont de 211 MW/jour, après avoir perdu près de 82% de sa production pendant le dernier étiage provoqué par une sécheresse particulièrement rude. 

Lire aussi: Délestage: comment le barrage de Memve’ele a failli

Dans le détail, nous précisent les Services Techniques Compétents du Minee, le débit observé sur le fleuve Ntem aujourd’hui est d’environ 470 m3/s, alors qu’entre février et la première moitié du mois de mars, ce débit avait drastiquement chuté à 80 m3/s, contre 470 m3/s au 04 avril 2023. A noter que ces 200 MW d’électricité représentaient la production de Memve’ele en décembre 2022. La rudesse de la sécheresse avait fait chuter sa capacité à 35 MW à peine en février 2023.  

Lom-Pangar

Les difficultés du barrage hydroélectrique de Memve’ele, qui se posent presque toujours à la même période depuis sa mise sous tension en 2019, découlent de l’inexistence en amont de cet ouvrage d’un barrage de retenue d’eau, comme c’est le cas depuis au moins 2017 avec Lom-Pangar, construit pour régulariser le débit du fleuve Sanaga en saison sèche afin de permettre à tous les ouvrages de production situés en aval, notamment Song-Loulou et Edea, de fonctionner à plein régime.

Lire aussi: Barrage de Memve’ele : la mise en service définitive va perturber la fourniture en électricité

Par exemple, grâce aux 6 milliards de mètres-cubes d’eau stockés à Lom-Pangar l’an dernier, Song-Loulou et ses 7 groupes assurent actuellement une production de 336 MW/jour, contre 223 MW pour Edea. Le gouvernement a annoncé il y a quelques années le projet Memve’ele 2, qui consistera en la construction d’une retenue sur le fleuve Ntem, afin de régler définitivement la question de la variation de l’hydrologie de ce plan d’eau. Ce projet est toujours en cours de maturation.

Lire aussi: Barrage de Memve’ele : les indemnisations relatives à la ligne de transport sont disponibles

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner