A la UneConjoncture

Barrage hydroélectrique : Gaston Eloundou Essomba prescrit la livraison à date de Nachtigal

La charte d’engagement signée le 8 juillet dernier sur le site des travaux, en présence du ministre de l’Eau et de l’Energie, oblige les différents prestataires impliqués dans la réalisation de ce projet hydroélectrique au respect strict des délais contractuels, notamment la livraison de cette infrastructure en fin 2023.

Ils seront donc jugés sur le respect ou non de cette échéance : fin 2023, pour la livraison du barrage hydroélectrique de Nachtigal. Les prestataires impliqués dans les travaux de construction de cet important projet hydroélectrique qui devra fournir 420 MW d’énergie électrique supplémentaire au Cameroun, ont en effet signé une charte d’engagement pour le respect de ce délai de livraison, le 8 juillet dernier, sur le site de ce projet, en présence du ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba. Pour Augusto Soares Dos Reis, le directeur général (DG) de Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), la société en charge de la gestion de l’ouvrage, « l’objectif de cette charte est assez fort ». Car, « la réussite d’un projet de cette envergure passe par un engagement sans faille de ses partenaires. Parmi les partenaires figurent les industriels, les entreprises qui vont construire le barrage », précise-t-il. À travers cette charte d’engagement, ajoute le DG de NHPC, les parties ont voulu témoigner de l’ambition de tout faire pour réussir le chantier Nachtigal à la fois en qualité, en coût et en délais, mais aussi de réussir les dimensions environnementales et sociales.


>> Lire aussi – Nachtigal: comment le Cameroun se dote d’un barrage sans s’endetter


Et déjà, le Minee s’est dit satisfait de l’effectivité du début des travaux de réalisation de cet ouvrage. Surtout que « les différentes entreprises adjudicataires des différents lots, ont pris un engagement ferme de bien collaborer afin que le calendrier soit respecté », précise le membre du gouvernement. Un calendrier précis est même d’ores et déjà arrêté. Ce dernier prescrit notamment, la mise en service de la première turbine vers septembre 2022 et la mise en service de l’ensemble de l’ouvrage vers fin 2023. La centrale produira plus de 2 900 GWh/an. Gaston Eloundou Essomba a toutefois profité de cette visite de chantier pour prescrire aux responsables de la NHPC de veiller à ce que certaines activités de construction de cette infrastructure soient sous-traitées aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) locales. Le Minee a également souhaité que la majorité des employés et autres ouvriers qui seront recrutés dans le cadre de ce projet énergétique soit des fils et filles originaires des villages environnants de ce projet.


>> Lire aussi – Projet Nachtigal : quatre banques locales dans le pactole des 800 milliards Fcfa


En rappel, c’est Besix Group, une entreprise belge du secteur de la construction qui a décroché le contrat pour la conception et la construction de cet ouvrage hydroélectrique. Les travaux seront réalisés en partenariat avec la société française NGE (Nouvelles générations d’entrepreneurs, leader du terrassement en France) et le Marocain SGTM (Société générale des travaux du Maroc). L’entreprise américaine, General Electric, quant à elle, va fournir les turbines de la centrale. La construction du barrage de Nachtigal, situé à 65 km de la ville de Yaoundé, va coûter 786 milliards FCFA. Les fonds ont été levés sous la forme d’un partenariat public-privé (PPP) avec la participation aux côtés de l’État du Cameroun, de partenaires techniques et financiers de réputation internationale. Notamment, Électricité de France (EDF), Société financière internationale (SFI), Africa50 et STOA Infra & Energy.

D’une capacité de production de 420 MW, le barrage de Nachtigal sera, pour le moment, la plus grande centrale hydroélectrique du Cameroun. Elle permettra d’augmenter de 30 % les capacités de production de l’électricité dans le pays.

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer