A la UnePolitiques Publiques

BIP 2020 : Priorité à la préservation de l’équilibre budgétaire

C’est la quintessence du Document de Programmation Economique et Budgétaire à Moyen Terme pour la période 2020-2022, adopté à l’issue du Conseil de cabinet qui a eu lieu ce 03 juillet.

Le Premier ministre Joseph Dion Ngute a présidé, le 03 juillet 2019, un Conseil de Cabinet consacré à la préparation du budget de l’Etat pour l’exercice 2020. A l’issue des travaux auxquels ont pris part les ministres d’Etat, les ministres, les ministres délégués et les secrétaires d’Etat, un Document de Programmation Economique et Budgétaire à Moyen Terme a été adopté pour la période 2020-2022.

D’après le communiqué rendu public à cet effet, au cours de la période susmentionnée, la politique du gouvernement en matière de finances publiques sera articulée autour de trois principaux piliers, à savoir la réduction du déficit budgétaire, la maitrise de l’endettement et le renforcement des réserves de change à la banque centrale. A cet égard, précise le document, le déficit budgétaire global devrait passer de 2,5% du produit intérieur brut en 2018 à 2% en 2019, pour s’établir à 1,5% du PIB de 2020 à 2022.


>> Lire aussi – Interrogations sur les mesures d’optimisation du Bip 2018 annoncées


De fait, « une attention particulière devra être accordée à la sélection et à la maturation rigoureuse des projets, à l’optimisation de la dépense d’investissement et à la préservation de l’équilibre budgétaire global ». À ce propos, une liste de projets qui seront prioritairement exécutés au cours de l’exercice 2020 a été présentée. Ce sont entre autres, la poursuite des grands projets routiers et autoroutiers, la mise en œuvre du programme d’aménagement des périmètres hydro-agricoles, l’accélération des chantiers de construction des barrages hydro-électriques ainsi que la densification du réseau de transport de l’électricité, la mise en services des infrastructures de télécommunication à large bande, l’opérationnalisation complète de la plateforme portuaire de Kribi et la finalisation des études en vue de la construction du port autonome de Limbe.


>> Lire aussi – Gestion publique : aucun marché du Bip 2019 passé au 30 avril dans l’Océan


Quant à la consolidation des dépenses publiques, il est indiqué qu’elle sera soutenue par la mobilisation accrue des recettes internes non pétrolières de l’Etat, l’optimisation des dépenses et le maintien de la dette publique intérieure et extérieure sur une trajectoire soutenable. Toutefois, la qualité de ces dépenses devra être améliorée en termes de maitrise des consommations courantes (eau, électricité, téléphone et loyer) et des subventions versées aux organisations internationales.


>> Lire aussi – BIP Centre 2018: seules 7 communes sur 70 atteignent un taux de 100% de réalisation


Rappelons que ces projections sont en cohérence avec les objectifs du programme économique et financier conclu avec le FMI, et les critères de convergence des politiques des pays de la CEMAC. Elles seront ensuite soumises au Parlement en vue du débat d’orientation budgétaire.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!