Conjoncture
A la Une

Boucle minière du Dja : un budget de 2,3 milliards pour 2021

D’une enveloppe globale de 2,3 milliards, celui a été adopté le 25 février 2021 lors des 11ème et 12ème sessions de son Comité d’orientation et de supervision présidé par Jean Tchoffo Secrétaire général du ministère de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du territoire.

Le Secrétaire général de ministre du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire Jean Tchoffo a présidé ce 25 février 2021, les 11ème et 12ème sessions du comité d’orientation et de supervision (COS) du Programme d’aménagement et de développement intégré de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente (Padi-Dja). La rencontre du jour devait alors servir à l’examen du rapport d’activités de l’année 2020 et à l’adoption du budget 2021.

S’agissant du budget 2021, il a été adopté à hauteur de 2,3 milliards de FCFA, contre 2,584 milliards en 2020, soit une baisse de 11%. Notons que celui-ci est en dessous des prévisions du Padi-Dja qui se chiffrent à 4,8 milliards de Fcfa. Cette enveloppe servira prioritairement à la réhabilitation du réseau routier impacté par le barrage hydroélectrique de Mekin. A cela s’ajoute la poursuite des multiples activités entamées depuis les exercices précédents notamment avec : la composante développement rural et communautaire qui intègre la poursuite du projet « appui au développement rurale adossée à la cacao culture phase 44 » et la mise sur pied de 2 fermes d’alevinage ; la composante développement des infrastructures socioéconomiques qui conduit notamment  la finalisation des travaux de réhabilitation des axes routiers, la construction de 10 forages équipés de pompe solaire, la construction d’un bac de franchissement sur le fleuve du Dja ; et la composante coopération et appui institutionnel avec la poursuite de la mise en œuvre du document de stratégie d’appui conseil aux Collectivités territoriales décentralisées, la poursuite de la mise en place des plateformes permanentes de concertation entre autres.

Lire aussi : Développement: 3,5 milliards de Fcfa de budget pour le Padi-Dja en 2019

Mis sur pied en décembre 2014, le Padi-Dja affiche un taux de réalisation satisfaisant selon son coordinateur Blondeau Talatala : « sur les composantes opérationnelles, nous sommes déjà à trois ans de déploiement opérationnel sur le terrain. Les activités d’infrastructures sont en phase de finalisation en ce qui concerne les études. Maintenant le sous-programme 2, en ce qui concerne la réhabilitation des tronçons routiers qui doivent assurer la connectivité entre les communes de notre programme est en cours et les forages et les adductions d’eau potables sont également en cours de mise en œuvre, pour ne citer que ces deux cas-là », indique-t-il.

Créé le 26 décembre 2014 le Programme d’aménagement et de développement intégré de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente (Padi-Dja), couvre 11 communes dont 5 dans le département du Dja et Lobo, région du Sud (Meyomessala, Meyomessi, Bengbis, Djoum, Mintom) et 6 dans le département du Haut-Nyong à l’Est (Messamena, Somalomo, Mindourou, Lomié, Messok et Ngoyla). Placé sous l’autorité du Premier ministre et mis en œuvre par le ministre de l’Economie et de la planification et de l’Aménagement du territoire, le Padi-Dja a pour objectif principal d’améliorer les conditions de vie des populations et de promouvoir les échanges transfrontaliers, à travers l’aménagement et la construction des infrastructures socioéconomiques de développement et d’appui institutionnel, dans les régions du Sud et de l’Est en prélude à la future exploitation du gisement de fer de Mbalam et des autres projets miniers structurants.

Lire aussi : Le gouvernement veut limiter les effets de la boucle minière du Dja sur la population et l’environnement

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page