A la UneBusinessBusiness et Entreprises

Bras de fer entre la direction générale et les employés de Yoomee

Accusés de fraude, des employés menacent de trainer l'opérateur devant les tribunaux après une procédure avortée au commissariat du 4e arrondissement de Douala.

Yoomee S.A. replonge dans la tourmente. Comme en 2018, le climat social est de nouveau tendu au sein de l’entreprise de téléphonie mobile et de fourniture de solutions internet. Au centre de la brouille entre le top management et une partie du personnel de la société, des soupçons de fraude de certains agents de la boîte. Notre source indique la récente découverte par le top management de Yoomee d’un présumé réseau interne de trafic de crédit de recharge. D’importants mouvements suspects provenant de certains postes d’approvisionnement vers des gros clients Yoomee ont ainsi été constatés. Suscitant la curiosité des dirigeants de l’entreprise. Ces derniers vont immédiatement requérir des explications des agents concernés. Une dizaine de personnels d’un même service, qui ont nié les faits en bloc, lorsqu’ils ont été convoqués par leur employeur au Commissariat du 4e arrondissement de Douala en février dernier. 

Après plusieurs confrontations, la procédure a été interrompue faute de preuves et faits non-établis, a-t-on appris. Depuis, les  deux parties se regardent en chiens de faïence. En interne, les agents se plaignent de subir diverses pressions de leur employeur. L’un d’eux, accusé de fraude et tripatouillage de recharge, se confie : « on nous oblige soit à démissionner de notre propre chef, soit ils menacent de nous mettre à la porte ». En signe de protestation, ces employés exercent désormais tout de noir vêtu, en attendant la suite du bras de fer engagé avec la direction de Yoomee S.A.

Cette situation a remis au-devant de la scène un autre dossier brûlant, celui des 31 agents remerciés en 2019. Ils revendiquent le versement intégral de leurs indemnités de licenciement sur la base d’un protocole d’accord verbal  entre un cabinet consulting de la place en charge de gérer les ressources de Yoomee SA et ce personnel. Joint par nos soins, le service de communication de Yoomee se dit « incompétent » pour apporter des éclairages sur le climat social au sein de cette société dont les employés accusent quatre mois d’arriérés de traitement mensuel, après le départ fracassant de l’ex-directeur général Emmanuel Forson en 2018.

Créée en 2011, YooMee Cameroun a été pionnière du haut débit sans fil au Cameroun, avant de se positionner  dans la téléphonie mobile. C’est le 25 août 2017, l’opérateur internet devient opérateur de téléphonie mobile. L’opération aura nécessité plus de 10 milliards de FCFA d’investissement, pour plus de 2 000 emplois directs et indirects crées.  Le nouvel opérateur majoritairement à capitaux ivoiro-suisse accueillait dans le cadre de cette opération, des actifs essentiellement camerounais. Avec pour objectif, d’investir dans un réseau Long Term Evolution (Lte). Yoo Mee ce sont des investissements de plusieurs milliards de FCFA dès son année de lancement en 2011. Plus de 200 emplois directs et 700 emplois indirects créés à fin 2017.

Le plus récent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer