A la UneBusiness et Entreprises

Camair-co : les urgences de la nouvelle direction

Depuis le 07 janvier, la Camair-co connait un nouveau directoire. Jean Christophe Ella Nguema, au poste de DG, vient trouver sur sa table des dossiers des plus urgents pour une restauration de l’entreprise publique.

L’arrivée des nouveaux responsables à la tête de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) intervient dans un contexte de tensions sociales au sein de la compagnie aérienne nationale, avec des dossiers des plus urgents à régler. Les questions de privatisation, restructuration de la flotte, l’endettement de l’entreprise et le plan social sont les axes sur lesquels le nouveau Dg de la Camair-Co est attendu.  

En effet, la compagnie aérienne nationale bat de l’aile depuis son lancement. La baisse du trafic  aérien, la difficulté d’acquisition de nouveaux engins aéronautiques, une dette colossale, etc. le cocktail est un peu toxique pour la  survie de la Camair-co. Il devient donc impératif  pour le militaire Jean Christophe de mettre sur pied des actions à courts et à longs termes afin de relancer l’entreprise d’Etat.  

Lire aussi :  De nouveaux dirigeants à la tête de Camair-Co

En matière de finance, le nouveau Dg doit œuvrer davantage à l’assainissement de la dette de l’entreprise. Ce qui a été un frein à la souscription d’une police assurance pour  la relance de ses activités en 2020. «…Ce sont aussi les conséquences de la crise économique que traverse nos clients. Dans ces conditions, les placements pour une compagnie aérienne comme Camair-co nécessitent des capitaux importants et nous sommes jours et nuits sur les marchés pour convaincre, aux côtés du groupe Axa, leader de la réassurance de Camair-co, les réassureurs de la place de Londres de prendre part au programme de réassurance de Camair-co. Avec la force et la puissance du groupe Axa, nous sommes confiants qu’on peut y arriver très rapidement. C’est une question de très court terme», indique le directeur général d’Axa Assurances Cameroun lors d’une conférence de presse le 15 octobre 2020.  

A date, la compagnie présente un visage d’une entreprise au bord de la faillite, avec un endettement et de nombreux mois d’arriérés de salaires. Selon les chiffres présentés par la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA), organisme public en charge de la gestion de la dette publique, la Camair-Co accumulait 122 milliards de Fcfa de dette au mois de septembre 2020. Un montant qui n’est pas « exhaustif » selon la CAA.  

Lire aussi : Transport aérien : Camair-co licencie 130 employés

Le dossier de la privatisation constitue un  autre pan de l’iceberg des affaires  que du  directeur  actuel doit gérer. En effet,dans une correspondance du 18 mai 2020, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, l’ancien PCA de Camair-co, ordonnait à Louis Georges Njipenji Kouoto, l’ex DG, d’avancer le dossier de conclusion d’un partenariat stratégique avec les deux compagnies aériennes asiatiques, Emirates Airlines et Qatar Airwaysqui seraient en pole position pour se constituer conjointement comme partenaire stratégique privé détenteur de la majorité du capital social de la compagnie aérienne.

L’espoir du redécollage  

Par ailleurs, la question de la flotte est un autre sujet des plus préoccupants qui mérite toute l’attention de Jean Christophe Ella. Le ministre des Transports, fait état de ce que la Camair-co, à date, possède deux engins aéronautiques dont un Boeing 737 et un Boeing 676, tous deux inopérants.  C’est en raison de cela,  que le gouvernement a jugé opportun de recourir à la location d’avions pour répondre à la demande intérieure. Pour une relance à court terme, selon le ministre des Transports, il faudra acquérir de nouveaux avions dont deux bombardiers Q400, la réhabilitation d’un Boeing 737 et la mise en exploitation d’un MA60. Et le recours à un opérateur ukrainien en vue de relier le Sud et le Nord.  

Lire aussi : Aviation : l’assurance fait rater son vol à Camair-co

Enfin, il y a le volet social avec le limogeage annoncé de 130 employés. L’ancien DG avait justifié cette décision par la situation critique que traverse l’entreprise ; une situation aggravée par la pandémie de la covid-19, qui a forcé « l’Etoile du Cameroun » à suspendre ses activités pendant des mois. D’aucuns pensent que cette réduction d’effectif pourrait affecter le bon fonctionnement de la Camair-co. Le dernier mot revient désormais au nouvel équipage qui tient les manettes de la compagnie.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page