Business et Entreprises

Camair-Co : vers un bras de fer entre le personnel et la direction générale

Réunis d'urgence à Douala ce 21 juin 2020, 6 présidents syndicaux appellent les employés concernés à vaquer normalement à leurs occupations.

Coup de théâtre. Quelques heures seulement après l’entrée effective de la suspension de contrats d’une partie des employés de la Cameroon Airlines Corporation (Camair co), la décision ne fait guère l’unanimité. Les 6 syndicats du transport aérien (STTA, SNPNC, SNPTA, SYNTAS, SPINAC, SNFDA) ont marqué, illico presto, leur opposition à cette décision signée le 19 juin 2020 par Louis Georges Njipendi. «Le vendredi 19 juin 2020 après 17h, le Directeur général a publié la décision n°013 du 19/06/2020 relative à la mise en chômage technique  de 371 personnels dès ce lundi 22 juin 2020. Les lettres y relatives ont commencé à être transmises par mail à ces travailleurs, y compris à certains délégués du personnel et présidents de syndicats, ayant par ailleurs été touchés par les nominations et redéploiements du personnel effectués quelques jours auparavant», mentionne d’attaque le communiqué conjoint signé par Ngom Mambingo, Joseph Bekel, Eyoum Kokolo, Jules Bebga et autres.

Lire aussi : Camair-co suspend les contrats de 250 employés 

Le directeur général de Camair-co a en effet placé sous régime de chômage technique 205 employés de la compagnie aérienne pour une période de trois mois renouvelables: 22 juin 2020 au 21 septembre 2020, mais ne pouvant excéder 6 mois, d’après les dispositions du code du travail de la République du Cameroun. Réunis d’urgence en assemblée intersyndicale, les 6 présidents de syndicats et leurs bureaux respectifs indiquent, tout en prenant acte de la décision du directeur général de Camair co, que «le dossier du chômage technique est actuellement au niveau du conseil d’administration dont ils attendent la position pour aviser». Plus précisément, l’intersyndicale du transport aérien met une fois de plus dos à dos, le président du conseil d’administration et le directeur général. Désavouant par ailleurs Louis Georges Njipendi Kouoto : «…par conséquent, nous présidents des syndicats soussignés, demandons aux travailleurs de ne pas tenir compte de cette décision unilatérale et de vaquer normalement à leurs occupations».

Lire aussi : La mise en chômage technique du personnel de Camair-Co va coûter près de 1,5 milliards de F à l’Etat 

Ce énième bras de fer étant ainsi engagé entre les syndicats et le manager intervient au moment où la compagnie aérienne camerounaise connaît de graves problèmes structurels et conjoncturels. Dans sa décision de ce 19 juin 2020, le directeur général de l’entreprise justifiait l’acte pris par «une baisse d’activités et l’absence de revenus», suite notamment à la pandémie de covid-19. Le STTA, SNPNC, SNPTA, SYNTAS, SPINAC, SNFDA n’entendent pourtant pas de cette oreille. Ils promettent d’ailleurs davantage «parallèlement, nous mettrons en œuvre toutes les actions jugées utiles pour faire valoir la position des partenaires sociaux qui militent pour une reprise des opérations dès l’ouverture des frontières, soutenu par un plan de relance solide, de nature à assurer la pérennité des emplois décents aux travailleurs, à garantir au Cameroun un instrument de souveraineté qu’est sa compagnie aérienne nationale».

Lire aussi : Le gouvernement refuse une subvention de 2 milliards FCFA à Camair-Co 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page