Politiques Publiques
A la Une

Cameroun: à 2 426,5 milliards de FCFA, les recettes fiscales progressent de 20% en 11 mois 

Les recettes fiscales non-pétrolières, les recettes de l’impôt sur les Sociétés Pétrolières ; les recettes mobilisées par divers services de production de l’administration fiscale et les recettes concernant les Collectivités territoriales décentralisées et les Etablissements Publics Administratifs  ont grandement contribué à cette performance.

Les responsables des services centraux et déconcentrés de la Direction générale des impôts (DGI) ont tenu les 19 et 20 décembre 2022 un séminaire de préparation de l’exercice 2023 couplé à la réunion mensuelle de coordination. Présidés par Modeste Mopa Fatoing, le Chef de cette institution financière, il en ressort que sur un objectif de collecte de 2 230 milliards de Fcfa, l’administration fiscale camerounaise a collecté 2 426,5 milliards de Fcfa entre janvier et novembre 2022. Un chiffre en hausse de 410 milliards de Fcfa en valeur absolue et de 20,3% en valeur relative par rapport à la même période en 2021. Cette performance inclut les recettes fiscales non-pétrolières, les recettes de l’impôt sur les Sociétés Pétrolières ; les recettes mobilisées par divers services de production de l’administration fiscale, et les recettes concernant les Collectivités territoriales décentralisées (CDT) et les Etablissements Publics Administratifs (EPA).

Lire aussi : Cameroun: la DGI collecte 965 milliards d’impôts(+14,7%) entre janvier et mai 2022

Dans le détail, 2 025 milliards de Fcfa ont été collectés dans le cadre des recettes fiscales non-pétrolières. Sur un objectif de départ de 1 939 milliards de Fcfa , il s’agit d’un dépassement de 86 milliards de Fcfa en valeur absolue et de 4,4% en valeur relative. Ainsi, en comparaison avec les recettes de la même période en 2021 chiffrées à 1760,1 milliards de Fcfa, l’on note une hausse de 264,9 milliards de Fcfa en valeur absolue et de 15,1% en valeur relative.

Lire aussi : Collecte fiscale : comment les réformes ont boosté le rendement de la DGI

Outre cela, les recettes mobilisées par les divers services de production de l’administration fiscale quant à elles se chiffrent à 177,9 milliards de Fcfa contre 158,5 milliards de Fcfa à la même période en 2021. Soit une augmentation de 19,4 milliards de Fcfa en valeur absolue et de 12,2% e, valeur relative.

Lire aussi : À l’Est, la DGI table sur des recettes fiscales de 12 milliards en 2022

Par ailleurs, les recettes de l’Impôt sur les Sociétés Pétrolières s’élèvent à 199,1 milliards de Fcfa, sur un objectif de 100 milliards de Fcfa. Soit un taux de réalisation de 199,1%. Dans la même veine, les recettes collectées aux CDT et EPA se chiffrent à 202,4 milliards de Fcfa, sur un objectif de 191 milliards de Fcfa. Comparées aux recettes de la même période en 2021 qui s’élevaient à 183,3 milliards de Fcfa ; elles enregistrent une hausse de 19,1 milliards de Fcfa en valeur absolue et de 10,4% en valeur relative.Collectivités territoriales décentraliséesPar ailleurs, les recettes de l’Impôt sur les Sociétés Pétrolières s’élèvent à 199,1 milliards de Fcfa, sur un objectif de 100 milliards de Fcfa. Soit un taux de réalisation de 199,1%. Dans la même veine, les recettes collectées aux CDT et EPA se chiffrent à 202,4 milliards de Fcfa, sur un objectif de 191 milliards de Fcfa. Comparées aux recettes de la même période en 2021 qui s’élevaient à 183,3 milliards de Fcfa ; elles enregistrent une hausse de 19,1 milliards de Fcfa en valeur absolue et de 10,4% en valeur relative.

Lire aussi : Exploitation forestière : la DGI supprime l’attestation de respect des obligations fiscales

Il convient de préciser que ce chiffre est la résultante de nombreux facteurs relatifs à la conjoncture mondiale. On a entre autres la hausse des cours du baril de pétrole sur le marché international, qui favorise le renforcement de la contribution des sociétés pétrolières.

A l’issue de la rencontre, la DGI s’est penchée sur un plan triennal (2023-2025) de modernisation du système fiscal camerounais. Ledit plan s’articule autour de quatre points que sont : l’accroissement de la mobilisation des recettes fiscales ; l’amélioration de la qualité des services fiscaux ; la mise en place d’un système d’information moderne à la DGI ; le pilotage et la coordination des services fiscaux.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page