Conjoncture
A la Une

Cameroun : bientôt les logements sociaux de 3 chambres à 7,5 millions de FCFA

L'annonce est de Célestine Ketcha Courtès, la Ministre de l'habitat et du développement urbain à l'occasion du lancement des activités de l'édition 2020 de la journée mondiale de l'habitat. C'était ce 30 septembre 2020 à Douala.

« Nous devons corriger les failles que nous avons enregistré dans la politique gouvernementale de construction et d’attribution des logements sociaux au Cameroun». Un quasi-mea culpa de Célestine Ketcha Courtès, la Ministre de l’habitat et du développement urbain(Mindhu), acculée par des journalistes sur le prix et les conditions d’accès aux logements sociaux. Le membre du gouvernement procédait dans la ville de Douala, au lancement officiel des activités marquant la célébration de la journée mondiale de l’habitat, édition 2020 placée sous le thème «un logement pour tous, un meilleur avenir urbain». En effet, les prix d’acquisition d’un logement social (Mbanga Bakoko et Olembe) reste largement hors de portée de la bourse du camerounais moyen (entre 17.000.000 et 22.000.000 de FCFA pour acquérir un logement de type T1, T2, T3, T4 ou T5). Prix confirmés par Célestine Ketcha Courtès.

Lire aussi : La Sic affiche un résultat net de 701 millions de F CFA en 2019

Célébrée chaque premier lundi du mois d’octobre, la journée mondiale de l’habitat est l’occasion opportune de dresser un état des lieux du logement dans le monde, au Cameroun en particulier. «A travers le choix de ce thème, ONU-Habitat voudrait encourager les acteurs mondiaux au développement urbain, gouvernements locaux et nationaux, à réfléchir aux approches à privilégier en matière de logement et d’activités foncières, dans le but garantir à tout chacun, un logement adapté, sécurisé et abordable de même que des installations sanitaires adéquates, conformes aux recommandations du nouveau programme pour les villes et aux Objectifs de développement durable (Odd), notamment l’Odd 11 qui vise à rendre les villes et les établissements humains sûrs, inclusifs, resilients et durables», a justifié le Minhdu. Elle reconnaît que les villes doivent inclure les populations, vulnérables, pauvres et marginalisées dans leurs plans de développement urbain. Les gouvernements doivent quant à eux repenser leurs politiques, leurs stratégies et leur législation pour y incorporer des solutions variées pour le logement, avec pour objectifs le respect et la protection des droits fondamentaux de tous dans les villes. 

Lire aussi : La Sic veut mobiliser 150 milliards pour construire 3000 logements

La sortie de Célestine Ketcha Courtès tranche avec la réalité des faits. La problématique du prix logement social public se pose avec acuité. Pour rapprocher l’offre en logement au porte-monnaie des potentiels acquéreurs, le gouvernement a décidé de revoir sa copie: «nous envisageons mettre à la disposition des camerounais des logements sociaux à 7,5 milliards, pour 2 à 3 chambres. Nous allons produire massivement des logements sociaux afin d’atteindre rapidement  l’Odd n° 11 et réaliser efficacement le programme de construction de 10.000 logements sociaux et d’aménagement de 50.000 parcelles constructibles», a indiqué la ministre de l’habitat et du développement urbain, en présence des directeurs généraux de la Sic et de la Maetur. 

Lire aussi : Scandales des sous locations à la Sic : le Dg lance l’opération de comptage des locataires

La célébration de la journée mondiale de l’habitat au Cameroun est marqué par plusieurs activités dont l’évaluation du concours «villes propres», le lancement du concours d’idées «Projet urbain de logement au Cameroun», des tables rondes etc. A titre de rappel, c’est  par la résolution 40/202, du 17 décembre 1985, que l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de faire du premier lundi d’octobre de chaque année la journée mondiale de l’habitat. 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page