Chargement des breaking news...
Politiques Publiques

Cameroun : En 2022, l’Etat a perdu 4,6 milliards à cause de la corruption (-90%)

Les chiffres présentés par le président de la Commission nationale anti-corruption(Conac) font état de ce que le préjudice financier subi est en baisse de 39,324 milliards de Fcfa (-89,5%) comparé à l’année 2021.

Publiée vendredi 27 octobre 2023 à 18:48:59Modifiée vendredi 27 octobre 2023 à 18:49:03Temps de lecture 4 minPar Marius Zogo

Dieudonné Massi Gams, président de la Conac
Dieudonné Massi Gams, président de la Conac

4,623 milliards de Fcfa. C’est le montant global du préjudice financier subi par l’Etat du Cameroun en 2022 à cause des actes de corruption et des infractions assimilées. Par rapport aux pertes de 43, 947 milliards de Fcfa enregistrées en 2021, ce montant est en baisse de 39,324 milliards de Fcfa (-89, 5%).  Ces chiffres ont été présentés le 27 octobre 2022 par le président de la Commission nationale anticorruption(Conac) Dieudonné Massi Gams qui présentait solennellement le 12e  Rapport sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2022.

Lire aussi : Corruption: La Conac veut faire traduire le DG de la Société de Recouvrement des Créances au TCS

Ces préjudices sont issues d’une part, des décisions rendues par le du Conseil de discipline budgétaire et financière(Cdfb) évalués à 249, 131 millions de Fcfa et d’autre part, celles du Tribunal criminel spécial(TCS) qui ont révélé une perte de 3,875 milliards de Fcfa.

Lire aussi : Cameroun : A cause de la corruption, l’Etat a perdu près de 45 milliards en 2021 (Conac)

Dans le détail, le président de la Conac explique que cette amélioration consistante des pertes dues à la corruption, premièrement à l’augmentation du nombre de dénonciations. En effet, en 2022, la Conac affirme avoir reçu 7 061 dénonciations contre 6 705 en 2021 soit une hausse de 356(+5%) cas en glissement annuel. « 2 603 ont été reçues via la ligne verte le 1 517 ; 3 472 à travers le courrier administratif, 565 par le courrier électronique et 401 au numéro whatsApp. Si l’on s’en tient aux 3 472  dénonciations reçues à travers le courrier administratif, le détournement de biens publics apparaît comme l’infraction majeure avec 1 135     occurrences, soit 32, 69% en valeur relative », a déclaré Dieudonné Massi Gams.

Lire aussi : Programme avec le FMI : le Cameroun va renforcer l’indépendance de la Conac et les moyens de la Chambre des comptes

L’autre facteur favorable à cette performance  est l’augmentation du nombre de contributions pour l’élaboration du rapport. Ainsi l’on apprend que la Conac a reçu 129 contributions externes contre 96 en 2021 soit une progression de 33 contributions en glissement annuel, ce qui constitue « du plus grand nombre de contributions enregistrées pour un rapport annuel ». Bien plus, 29 départements ont contribué cette fois-ci comparés à 27 en 2021.

Lire aussi : Anif, Conac, TCS, Chambre des comptes… : pourquoi la lutte contre la corruption piétine

Du reste, 05 secteurs recensent le plus grand nombre de récriminations. En tête de liste se trouve les Domaines et les Affaires foncières suivi de l’administration territoriale, des Finances, de l’Éducation puis des Marchés publics.

A LIRE AUSSI

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner