SESSION PARLEMENTAIRE DE NOVEMBRE 2022SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Cameroun : Gabriel Mbairobe veut limiter les importations des semences dès 2023

Le ministre de l’Agriculture et du développement rural (Minader) envisage subventionner le prix des engrais de 30% et aider les producteurs qui ont subis les affres de la Covid 19.

C’est avec une proposition de budget de près de 95 milliards de Fcfa pour l’exercice 2023, que le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Gabriel Mbairobe, veut réaliser les projets de son département ministériel. Parmi les initiatives recensées, on note : l’implémentation effective de la politique d’import substitution. Elle cible des spéculations telles que : le riz, le maïs, le mil, le sorgho et l’huile de palme.

Lire aussi : Jacques Fame Ndongo : « En 2023, nous ferons tout pour que les universités camerounaises soient au top niveau de la science »

Dans ces spéculations, le gouvernement compte subventionner le prix de l’engrais à 30% et fournir les semences améliorées aux producteurs. « Nous allons aussi aider les producteurs qui ont subis les affres de la Covid 19 et des effets négatifs du changement climatique à reconstituer leurs moyens de production. Nous avons prévu un certain nombre de budget pour soutenir nos sociétés de développement qui sont dans ces régions ».

Lire aussi : Issa Tchiroma Bakary : « L’avenir des jeunes se trouve dans l’auto-emploi et l’entrepreneuriat »

Le minader a également la responsabilité d’assurer la souveraineté alimentaire du pays. La guerre russo-ukrainienne a mis au goût du jour la dépendance du marché camerounais au blé ukrainien. Le déficit a causé une flambée des prix de la baquette de pain sur les étals. Il sera donc question de produire des farines de substitutions pour juguler le manque en farine de blé. « Nous sommes parties intégrante de la culture et de la production du blé en collaboration avec l’Irad qui a reçu une dotation du chef de l’Etat. Nous avons également la responsabilité de développer un certain nombre de semences pour lesquelles nous importons tout jusqu’aujourd’hui. Il s’agit de la pomme de terre et du maraicher », a martelé le ministre. 2023 s’annonce donc comme une année de grands investissements au niveau du ministère de l’Agriculture et du développement rurale.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page