Conjoncture
A la Une

Cameroun : la BID et la Bdeac investissent 127 milliards de Fcfa pour accompagner le Padi-Dja

Ce programme d’aménagement et de développement intégré de boucle minière du Dja et de la zone frontière adjacente vise à viabiliser la zone autour du gisement de fer de Mbalam et d’autres projets miniers dans les régions du Sud et l’Est.

La Banque Islamique de développement (BID) et la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) se positionnent pour accompagner le programme d’aménagement et de développement intégré de boucle minière du Dja et de la zone frontière adjacente (Padi-Dja). C’est ce qu’on retient de la 17ème et 18ème sessions du comité d’orientation et de supervision du Padi-dja ce 28 février à Yaoundé. Ces deux bailleurs de fonds se proposent d’investir 127 milliards de Fcfa pour développer les zones rurales dans les régions du Sud et de l’Est. Dans le détail, la BID va s’occuper du volet sécurité alimentaire, la production et transformation de certains produits locaux notamment. Sur les 30,5 milliards de Fcfa nécessaires à la concrétisation de ce projet, la banque fournira 27 milliards de Fcfa et les pouvoirs publics 3,3 milliards de Fcfa. En effet, elle sera chargée de la production locale de la banane plantain, du manioc, du maïs, du poisson et du poulet de chair ; construction de mini-centrales solaires afin de soutenir les petites unités de transformation qui seront installées sur les sites de production ; développement des infrastructures socioéconomiques telles les routes, les écoles, les centres de santé, les points d’eaux.

lire aussi : Développement: Le Padi-Dja adopte un budget de 3,2 milliards FCFA pour 2023

La Bdeac, quant à elle, s’occupera de la réhabilitation et l’aménagement des tronçons des axes routiers Ekong-Bengbis (région du Sud) qui s’étend sur un linéaire de 60 km et Abong-Mbang-Lomié (région de l’Est). Dans la foulée, ces axes vont bénéficier de l’aménagement des voiries urbaines et des infrastructures socio-économiques. Sur un coût global de 146 milliards de Fcfa, celle-ci investira 100 milliards de Fcfa et l’Etat camerounais, 46 milliards de Fcfa. Notons qu’à date, le Padi-dja a permis la réalisation de nombreux projets tels que: la construction de 10 forages équipés de pompes solaires dans les communes de Bengbis, Meyomessala, Djoum et meyomessi ; du bitumage de la route Ekong-Bengbis qui affiche un taux de réalisation de 23,63% ; la construction de porcheries modernes à Djoum ; la création de deux plantations pilotes couvrant chacune une superficie de 40 hectares ; la mise en terre d’un cacao de qualité fourni par la Société de développement du cacao, la remise d’importants d’une centaine d’équipements, la réhabilitation et la réouverture de plus de 400 km de route en terre, la construction d’un site ecotouristique à Bi’i par Mintom, l’accompagnement des producteurs de miel (plus de 1000 litres en 3 ans) et de poisson.

lire aussi : Boucle minière du Dja : 3,100 milliards de Fcfa pour le Padi-Dja en 2022

Padi-Dja en bref

Créé en 2014, le Padji-Dja coordonné par Blondeau Talatala couvre 11 communes dont 05 dans le Dja et Lobo (région et Sud) et 06 dans le Haut-Nyong à l’Est du Cameroun. Il a pour mission de développer les régions du Sud et de l’Est Cameroun. Ceci en vue de mettre en œuvre un dispositif de désenclavement de la boucle minière du Dja et la zone frontalière adjacente ; assurer le développement d’une économie rurale intégrée, basée sur la mise en valeur économique des potentialités forestières et agro-sylvo-pastorales de cette zone ; améliorer l’accès des populations aux services sociaux de base ; mettre en place des infrastructures et équipements de croissance ; favoriser le développement des activités économiques susceptibles de contribuer à l’intégration sous régionale des populations riveraines de cette zone ; améliorer la sécurisation de la zone frontalière…

A LIRE AUSSI :

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page