Politiques Publiques
A la Une

Cameroun: l’État préconise aux agriculteurs de faire preuve de résilience

Lors du premier forum consacré au financement agricole et rural qui s’est tenu à Yaoundé du 18 au 21 octobre 2022, le gouvernement a invité les agriculteurs locaux à faire preuve d’inventivité pour pouvoir capter les financements mis à disposition par les institutions financières étrangères.

Le premier forum consacré au financement agricole et rural qui s’est tenu à Yaoundé du 18 au 21 octobre 2022, a joué pleinement le rôle qui lui a été assigné. Celui de faire naître l’espoir dans l’esprit des agriculteurs africains en proie au sempiternel problème de financement. Il s’est donc refermé comme on s’y attendait, avec nombre de promesses, qui tiennent plus lieu de recommandations plutôt que de solutions urgentes, résumées dans un manifeste que l’on appelle la «déclaration de Yaoundé». Les 400 experts financiers, ainsi que les représentants de gouvernements africains qui ont assisté à ce brainstorming géant, fixent désormais comme préalables à respecter en vue du développement économique du secteur agropastoral et halieutique les orientations suivantes: La prise en compte des orientations de Maputo dans le cadre de l’élaboration des politiques nationales de financement agricole, Que les autres États prennent exemple sur les expériences de dispositifs pérennes de financement mises en place par certains pays comme le Niger, le Sénégal, le Kenya, le Ghana ; La structuration et le renforcement des capacités des acteurs de la chaîne de valeur agro-sylvo-pastorale ; la mise en place des inter-professions fortes etc.

Lire aussi : Croissance économique : l’agriculture, la sylviculture et l’exploitation forestière portent le secteur primaire au Cameroun en 2021

Les agriculteurs qui s’attendaient donc à trouver des solutions immédiates à leur sempiternel problème de financement lors du forum susmentionné sont rentrés les mains vides. Au Cameroun, en attendant la mise en œuvre des recommandations contenues dans la déclaration de Yaoundé et l’hypothétique création d’une banque dédiée exclusivement au financement de l’agriculture,  le ministère de l’Agriculture et du développement rural, conseille aux agriculteurs de faire preuve de résilience. Le chef de ce département ministériel invite en outre ces derniers, à innover pour pouvoir capter de nouveaux financements  mises à disposition des entrepreneurs agricoles soucieux de l’environnement. « Le Fonds climat, le Fonds vert, le Fonds bleu, le Crédit carbone. Les agriculteurs doivent se constituer en interprofession et profiter des avantages qu’offre le numérique pour pouvoir capter ces financements», indiqué Gabriel Mbairobe, le ministre de l’Agriculture et du développement rural.

Lire aussi : Chambre d’agriculture : polémiques autour d’une commande d’équipements pour la résidence du président

A en croire ce dernier, d’autres initiatives seront également mises en place pour permettre aux agriculteurs d’avoir accès plus facilement aux financements tant privés qu’institutionnels. «Nous sommes conscients que le secteur agropastoral est un secteur à risques c’est la raison pour laquelle les banques hésitent à financer ce secteur. Nous avons pris l’engagement  à l’issue de ce forum d’entreprendre un certain nombre d’actions stratégiques pour rapprocher les banques du secteur agricole Faciliter  le gouvernement depuis 2 ans a mis sur pied le fonds de garantie qui s’élève à 200 milliards. Il permet de couvrir le risque bancaire», a-t-il poursuivi, et d’ajouter qu’ «aujourd’hui, il faut encore communiquer sur ce fonds de garantie et faire un rapprochement entre les services d’assurance et les services financiers pour que ce fonds de garantie soit utilisé à bon escient. On compte également mettre en place une assurance inertielle. C’est une assurance qui tient compte  d’un certain nombre d’évènements catastrophiques. Nous comptons également renforcer la formation agricole. Nous croyons qu’en attendant la mise en place d’une banque agricole tel que l’a dit le chef de l’Etat, qui est effectivement la solution, il y a des possibilités qu’on peut explorer pour permettre le financement de l’agriculture», a-t-il ajouté.

Lire aussi : Agriculture: la Capef ressuscite le projet de construction d’une usine d’engrais au Cameroun

L’augmentation de la productivité du secteur rural figure parmi les priorités du gouvernement au cours du triennat 2023-2025. Une enveloppe de 422,29 milliards de F est prévue pour la concrétisation de cet objectif, dont 133,36 milliards de F pour l’année 2023. Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey a précisé l’usage de cette enveloppe, lors des conférences élargies de programmation budgétaire et de performance associées le 16 août 2022. Il sera surtout question de poursuivre non seulement l’aménagement des périmètres hydroagricoles dans les régions septentrionales, mais également de mettre en concession lesdits périmètres

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page