Conjoncture
A la Une

Cameroun-Union européenne : les nouveaux axes de la coopération

La question a été abordée au cours des travaux de la réunion semestrielle du suivi du partenariat Cameroun-Union européenne, tenue le 10 juin, entre le Minepat, Alamine Ousmane Mey et son Excellence Philippe Van Damme Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union européenne au Cameroun.

Le ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey, et le nouvel Ambassadeur, Chef de Délégation de l’Union européenne au Cameroun, son Excellence Philippe Van Damme, ont coprésidés le 10 juin 2021, la réunion semestrielle du suivi du partenariat Cameroun-Union européenne. Rencontre au cours de laquelle plusieurs aspects ont été abordés par les deux personnalités, notamment la mise en œuvre de l’Accord de partenariat économique (APE), le plan d’action 2021, les priorités de programmation régionale et multi pays, la coordination du partenariat au sens du futur Accord Oeacp-UE.

Lire aussi : APE : le Cameroun et l’UE affichent des divergences sur la mise en œuvre des règles d’origines

Sur le point de la mise en œuvre des APE, il était prévisible que soit abordée la question du protocole commun sur les règles d’origine. Vu que cet aspect était à l’ordre du jour de la rencontre du comité APE Cameroun-Union Européenne, tenue du 26 au 27 avril 2021. Rencontre durant laquelle les deux parties affichaient des divergences sur les règles d’origine. « Il a été convenu qu’on allait essayer de régler l’aspect règle d’origine dans les meilleurs délais. Ceci a été reconfirmé par le Minepat aujourd’hui. On a plein l’espoir que ça pourra se régler rapidement et on pourra passer à l’étape suivante dans le cadre des APE », confie son Excellence Philippe Van Damme. Il est à noter concernant ce point que les négociations n’avancent pas depuis au moins 3 ans. Parmi les points de friction entre les deux parties : la règle de minimis qui fixe le seuil admissible des non originaires à appliquer par dérogation aux normes fixées pour chaque produit ; l’administration de la preuve d’origine.

Lire aussi : L’UE et les pays de l’Oeacp signent un nouvel accord de partenariat

S’agissant de la coopération future entre le Cameroun et l’UE, elle se peaufine avec les traits du nouvel accord entre les pays membres de l’Organisation des Etats Afrique, Caraïbes et Pacifique (Oeacp), dont le Cameroun est membre et l’UE. « Nous avons aussi discuter des perspectives d’avenir puisque nous quittons le cadre de l’accord de Cotonou et du Fonds européen de développement pour passer dans une nouvelle ère post-Cotonou, avec une coopération tout aussi intense mais dans un cadre légèrement modifié et adapter aux nouvelles réalités du monde et j’ai pensé qu’il était important que nous réfléchissions ensemble comment organiser cette nouvelle époque de notre coopération » », confie l’autorité européenne.

Lire aussi : Assemblée nationale: 9 Projets de loi sur la table des députés

Notons que l’accord post-Cotonou entrera en vigueur une fois que les deux parties auront achevé leurs procédures internes relatives à la signature et à la conclusion. D’une durée de 20 ans, celui-ci se fera sous de nouveaux prismes. Notamment le passage du Fonds européen de développement au profit de l’Instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (Ndici). Et les domaines d’intervention prioritaires pour les 79 pays membres que sont : les droits de l’homme, la démocratie et la gouvernance au sein de sociétés axées sur les personnes et fondées sur les droits, la paix et la sécurité, le développement humain et social, la viabilité environnementale et le changement climatique, la croissance et le développement économiques durables et inclusifs, et la migration et la mobilité.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?