A la UneConjoncture

Catastrophe d’Eseka : des bénéficiaires indignés par les montants perçus

Les 744 sinistrés devant recevoir la dotation spéciale du chef de l’Etat pour le compte de la 2ème vague n’ont pas tous été logés à la même enseigne. D’aucuns s’en sont tirés avec des sommes « dérisoires ».

Séraphin Magloire Fouda, Secrétaire générale des services du Premier ministre a procédé vendredi 9 août à la remise des chèques à 744 sinistrés de la catastrophe d’Eseka. De cette opération, deuxième du genre après celle d’octobre 2018 surgissent  quelques réactions. Michel Ngangue, l’un des bénéficiaires de la dotation spéciale du chef de l’Etat ne cache pas son mal-être « Ce n’est pas logique que certains aient moins de 100 000 FCFA » dira-t-il. Il s’interroge sur les bases de redistribution du milliard du Chef de l’Etat. Son cas n’est pas isolé Une victime de l’accident ferroviaire d’Eseka affirme « ceux qui ont eu les membres amputés ont reçu 32000 tandis que les autres sortis sains  ont reçu 12 millions FCFA. Quelle misère » s’indigne-t-elle.


>> Lire aussi – Catastrophe d’Eseka : 744 blessés attendus ce vendredi au Premier ministère


D’une manière générale, la distribution des chèques a suscité beaucoup de remous dans les rangs. Même si beaucoup n’ont pas souhaité communiqué sur leurs dus, des informations renseignent que les montant variaient entre 30 000 FCFA et 12 millions FCFA.

On se souvient que c’est par voie de communiqué que le message a atteint sa cible. Séraphin Magloire Fouda SG des Services du Premier ministre, par ailleurs président du Comité interministériel chargé d’encadrer la répartition de la dotation présidentielle d’un milliard FCFA au titre de l’assistance financière aux victimes de l’accident ferroviaire survenu le 21 octobre 2016, à Eseka rappelait :  «Les intéressés doivent se munir d’une pièce d’identité en cours de validité (CNI ou passeport), assortie d’une photocopie ».  Les ayants droit des victimes blessées lors dudit accident et décédées avant la publication de cette liste, devront en outre se munir du jugement d’hérédité ou procès-verbal du conseil de famille, visé par l’autorité administrative compétente. Il est recommandé aux parents des victimes mineures de détenir de toute pièce justifiant leur filiation. Enfin, les mandataires des personnes absentes doivent se munir d’une procuration  dûment signée par l’autorité compétente.

En rappel, le 21 octobre 2016, un train passager de la Cameroon Railways (Camrail), entreprise contrôlée à hauteur de 77,4 % par le groupe français Bolloré, bondé de passagers en partance de Yaoundé pour Douala, avait déraillé à Eseka causant officiellement 79 morts et 600 blessés. A la suite de cette catastrophe, le président de la république avait instruit l’ouverture d’une enquête.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!