Chargement des breaking news...
Conjoncture

Cemac : cap sur la croissance et la transformation structurelle

Le Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Copil Pref-Cemac) s'est réuni le 24 septembre 2021 à Douala en sa quatrième session extraordinaire. Les ministres des finances, de l'économie, du budget et de l'intégration régionale de la Cemac annoncent un plan d'action désormais axé sur des résultats concerts.

Publiée mercredi 29 septembre 2021 à 19:58:11Modifiée vendredi 1 octobre 2021 à 11:03:23Temps de lecture 5 minPar Georges Semey

Session extraordinaire du Pref Cemac à Douala

4 résolutions ont sanctionné le sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d'État de la Cemac (Communauté Économique des États de l'Afrique Centrale) tenu le 18 août 2021 à Yaoundé: 4 relatives à la politique budgétaire, 4 sur la politique monétaire et le système financier, 5 résolutions concernent l'accélération des réformes structurelles, 5 portent sur le renforcement de l'intégration régionale et la mise en oeuvre des projets intégrateurs, et 6 recommandations étaient relatives à la coopération internationale et monétaire. Notamment, «De mettre résolument en œuvre les politiques et réformes prioritaires dans le cadre de la deuxième phase du Préf-Cemac pour opérer une réelle transformation structurelle vers l'industrialisation des économies de la Cemac et créer les meilleures conditions d'une croissance soutenue, équitable tirée par le privé», «impulser une nouvelle et forte dynamique à la stratégie régionale de redressement économique et financier, à travers les programmes économique et financier de deuxième génération à conclure avec le Fonds monétaire international (FMI), appuyés entre autres par la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, et la France».

Lire aussi : Cemac : les Etats instruisent l’accélération de l’industrialisation et la promotion de l’import-substitution

«L'objectif de ce sommet était d'adopter les mesures pratiques de mise en œuvre des décisions et des recommandations que les Chefs d'État ont adoptées à Yaoundé le 18 août. Les Chefs d'État ont adopté de hautes mesures pour s'engager résolument vers des réformes prioritaires. Il fallait donc que conformément à son mandat que le Comité de pilotage du Préf Cemac, à savoir tous les ministres des finances, de l'économie, et les premiers responsables des institutions communautaires se retrouvent pour traduire en actions les décisions du sommet», a indiqué Michel-Cyr Djiena Wembou le Secrétaire permanent du Préf-Cemac. Ces décisions ont été traduites au terme des travaux en actions, insiste-t-il, à partir des critères de réalisation, des indicateurs de performance, la définition des acteurs de mise en œuvre, le chronogramme et les délais. Désormais toutes les 24 décisions sont traduites en actions au niveau des politiques budgétaires, la politique monétaire et le système financier, afin d'augmenter les réformes structurelles (production, énergie, industrialisation).

Lire aussi : Conjoncture : l’avenir socio-économique préoccupe les ministres de l’Economie de la Cemac

«L'évaluation des projets intégrateurs et de la deuxième phase du Préf Cemac permettront de définir des indicateurs de performance, d'adopter une méthodologie de suivi et d'évaluation des réformes et des actions menées. Ce, suivant un tableau de bord annuel présentant les objectifs fixés, les critères de réalisation, les délais prescrits et les résultats attendus. Il sera également question de veiller au suivi de la mise en oeuvre effective des recommandations des Chefs d'État dans chacun des États-membres par une structure appropriée», a fait savoir Rigobert Roger Andely, le Ministre des finances, du budget et du portefeuille public du Congo, Président du Comité du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Copil Pref Cemac).

Industrialisation

Plus concrètement, les travaux de Douala ont connu l'examen et l'adoption par le Comité de pilotage du Préf Cemac, de la matrice révisée des actions du Préf 2. Ce document comporte les réformes et les actions à appliquer par les États membres de la Cemac et les institutions communautaires pour une croissance durable, le renforcement de la résilience des économies de la sous-région, l'accélération de la transformation structurelle en vue de parvenir à une croissance soutenue, durable, inclusive et créatrice d'emplois. Le Comité de pilotage a désormais opté pour une accélération de l'intégration physique des États (achever le programme de construction des infrastructures), pour l'intégration commerciale.

Sur le plan de la coopération internationale, il a été question de mettre sur pied des accords de seconde génération de croissance et de développement pour les États de la Cemac, capter un maximum de ressources financières afin d'impulser le développement de la zone. Des outils de pilotage ont par ailleurs été adoptés, ainsi qu'une méthodologie d'actions à mener. Baptisée «actions oriented», ladite méthodologie s'appuie désormais sur «la réalisation concrète de l'action». Un calendrier d'exécution des actions a également été arrêté. «Une instance qui s'occupe des questions des réformes budgétaires, institutionnelles, dans chaque Etat, pour une meilleure coordination des actions pour atteindre les résultats escomptés sera mise sur pied», a conclu Michel-Cyr Djiena Wembou.

Lire aussi : La Cemac table sur un budget de 89 milliards de Fcfa en 2021

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner