A la UneBanques et Finances
A la Une

Cemac : la Beac  projette un bénéfice record de 310 milliards de Fcfa en 2023

Selon les données présentées par l’ancien gouverneur de la banque commune des Etats de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique centrale, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli, ce résultat est le plus élevé depuis la création de l’institution.

Les bénéfices de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) s’envolent atteignent un niveau record à la fin de l’exercice 2023. Après 114 milliards de Fcfa en 2022, la banque commune des Etats de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique centrale (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République centrafricaine et Tchad) devrait dégager un résultat net de 310 milliards de Fcfa (472,5 millions d’euros). Il s’agit du résultat le plus élevé depuis la création de l’institution bancaire sous-régionale.

Consolidation de la situation financière de la Beac

Les bénéfices attendus par la Beac pour l’exercice 2023, en hausse de 196 milliards de Fcfa (+172%) par rapport à l’année précédente, ont été présentés par le gouverneur sortant de l’institut d’émission Abbas Mahamat Tolli, à l’occasion de la récente Conférence des chefs d’Etat de la Cemac. Selon les termes de l’ancien dirigeant tchadien, ce chiffre représente « un niveau jamais atteint par le passé ». S’il n’explique pas à quoi la banque centrale doit cette performance, des sources croient savoir que cela a été rendu possible grâce aux mesures de diminution des charges et d’augmentation des produits, ayant permis d’extérioriser des résultats bénéficiaires depuis 2017 alors qu’en 2016, le déficit structurel était de 50 milliards de de Fcfa.

lire aussi : Performance : À 114 milliards FCFA, les bénéfices de la BEAC ont plus que doublé en 2022

De même, des analystes citent la hausse des transferts de devises comme autre facteur ayant contribué à booster les bénéfices de la banque centrale. En effet, la nouvelle réglementation des changes impose aux banques de verser à la Beac, une commission de transfert maximale de 0,25% pour les transferts effectués dans la Cemac et 0,50% pour les opérations effectuées hors de la sous-région. Un examen des bilans des années précédentes démontre que la Beac tire également le gros de ses revenus des intérêts et produits nets à la fois payés par les Etats membres sur leurs créances consolidées, mais aussi des intérêts générés par le compte d’opérations logé au Trésor français et ceux reçus au titre des prêts accordés aux banques de la Cemac.

Ainsi, il est loisible d’estimer que la hausse du volume des emprunts contractés sur le marché des titres publics en 2023 a fait les bonnes affaires de la banque centrale. En effet, l’encours des valeurs du Trésor (bons et obligations) émises par les six Etats de la Cemac sur le marché des titres publics de la banque centrale ressort à 6 342,1 milliards de Fcfa à fin octobre 2023. Ce volume laisse apparaître une hausse de 23,7% en glissement annuel. De quoi consolider la situation financière de la Beac, dans un environnement marqué par le faible engouement des investisseurs ajouté au resserrement de la politique monétaire dans l’optique de réduire la liquidité bancaire et favoriser la chute de l’inflation.

lire aussi : BEAC : les gains du compte d’opérations bondissent de 244% alors que la CEMAC prépare une réforme monétaire

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page