A la UneBanques et FinanceBanques et Finances

Cemac: le spectre d’un dévaluation du FCFA plane à nouveau

D’après la Beac, la crise sanitaire actuelle et son impact sur les économies de la Cemac pourrait conduire à une modification à la baisse de la parité antérieure du FCFA avec la monnaie d’ancrage. Mais on n’y est pas encore…

Quoiqu’il en soit, les perspectives économiques mondiales pour le compte de l’année 2020 seront en déroute du fait de la pandémie du Covid-19. Selon le FMI, la croissance mondiale estimée à 2,9 % en 2019, devrait plonger à -3,0 % en 2020 au lieu de 3,2 % initialement envisagé. Un recul criard duquel ne seront pas exemptes les économies de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale(Cemac). La Banque des Etats de l’Afrique Centrale(Beac) le confirme d’ailleurs dans son rapport sur la politique monétaire rendu publique le 27 avril. Selon l’institution d’émission, « la chute des cours des matières, notamment du pétrole brut, entraînerait une forte détérioration des termes de l’échange, une récession généralisée des activités économiques, un creusement des déficits extérieur et courant, et une dégradation de la situation monétaire ».

 La Banque centrale évalue l’impact de la pandémie sur l’hypothèse d’un scénario pessimiste marqué par la baisse du cours moyen du baril de pétrole à 20 USD. Scénario pessimiste qui résulte d’une propagation rapide et de grande ampleur du nouveau coronavirus. Dans cette situation, la Beac redoute un recul de la production pétrolière de -6,9 millions de tonnes et de -945,4 millions de tonnes métriques pour le gaz. Une tendance baissière qui devrait se répercuter sur les recettes pétrolières, lesquelles enregistreront un déficit d’environ 2 653,7 milliards de FCFA, soit environ 4,43milliards USD. Conséquence directe de ce manque à gagner, la baisse de la croissance et la détérioration des finances publiques. « Le solde budgétaire global, dons compris, se creuserait de 6,6 % du PIB, contre un excédent de 0,9 % du PIB dans le scénario de base initial. Cette détérioration des finances publiques résulterait à la fois de la baisse des recettes budgétaires (-4,7 points de PIB) et d’une augmentation relative plus importante des dépenses publiques en pourcentage du PIB », peut-on lire dans le rapport.

Le secteur non pétrolier n’est pas en reste ; la Beac prédit pour les pays de la sous-région une diminution significative des recettes hors pétrole et une augmentation des dépenses publiques. « Compte tenu de la forte augmentation projetée des dépenses de santé et de soutien aux secteurs les plus touchés par la pandémie, les dépenses budgétaires augmenteraient de 2,9 points de PIB », indique l’institution.

>LIRE AUSSI- Coronavirus : la Cemac pourrait perdre 2653,7 milliards de F CFA de recettes pétrolières

L’équilibre extérieur de la monnaie menacée

S’agissant des réserves monétaires de la Cemac, celles-ci connaîtront logiquement un recul considérable dans le scénario susmentionné. Les injections massives de liquidités de la banque centrale pour compenser le manque à gagner des exportations amoindries des pays membres y contribueront pour beaucoup. Résultat des courses, l’on assisterait à la dégradation de la stabilité externe de la monnaie. « Le niveau des réserves de change de la Zone est ressorti à 3,2% d’importations des biens et services à fin décembre 2019, soit un niveau à peine supérieur au seuil minimal de 3 mois d’importations des biens et services, sachant qu’il est exigé un niveau de 5 mois pour les pays exportateurs de matières premières comme ceux de la CEMAC… Les services de la Beac prédisent un fort recul des réserves autour de 2 mois d’importations des biens et services, voir en deçà ». Une situation qui est loin des prédictions du FMI qui indiquait qu’au mois de janvier 2020, celles-ci devraient atteindre l’équivalent de 5 mois de biens et services d’ici 2022.

Pour maintenir la stabilité externe de la monnaie, la Beac mise sur une application stricte de la règlementation de change. « Il est impératif pour la Beac de continuer à appliquer la réglementation de change de manière stricte afin d’éviter des sorties spéculatives et injustifiées des capitaux » précise l’institution d’émission monétaire qui met également en garde les pays sur les risques encourus : « si les pays de la Cemac ne luttent pas efficacement contre la pandémie du Covid-19 pour en limiter les conséquences économiques et financières, la situation macroéconomique deviendrait insoutenable ».

L’inévitable dévaluation ?

Au sujet de la situation monétaire, la Beac redoute certes une détérioration, mais sans le dire expressément, elle émet l’hypothèse d’une modification à la baisse de la parité antérieure avec la monnaie d’ancrage qui est l’euro. Si l’on ne devrait pas en arriver là, la sous-région risque néanmoins se retrouver dans le scénario dépressif de 2016 où les pays avaient choisi plutôt que la dévaluation, une reconstitution des réserves de change dans le cadre des programmes économiques avec le FMI et d’autres bailleurs de fonds. « Le taux de couverture extérieure de la monnaie reviendrait de 71,6 % projeté dans le scénario de base initial à 52,7 % dans le scénario pessimiste. Une telle évolution se traduirait par une réelle menace pour la stabilité extérieure de la monnaie, soulignant ainsi le fait qu’en l’absence d’ajustement budgétaire et de mobilisation conséquents des financements extérieurs, la BEAC serait de nouveau soumise aux mêmes risques sur la parité de sa monnaie qu’en fin 2016 ».

Pour éviter cette situation, le Comité politique monétaire de la Beac formule quelques recommandations à l’endroit des Etats de la Cemac. Il s’agit, entres autres, « d’identifier les mesures de soutien en faveur des entreprises qui seront affectées par la crise et aligner la gestion des finances publiques sur des prévisions actualisées et réalistes de recettes budgétaires ». En direction des établissements de crédit, elle préconise « d’approvisionner suffisamment leurs clients en signes monétaires, notamment en s’assurant de la disponibilité et du bon fonctionnement de leur réseau, y compris les DAB/ GAB, garantir la fourniture de l’ensemble des services et renforcer les opérations des banques à distance et revoir à la baisse les conditions des banques Beac prescrit en direction des Etats ».

Abonnement sur la page Twitter

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer