A la UneBusiness

Ces pesanteurs qui ont plombé le service d’Eneo en 2019

Le directeur général du concessionnaire du service public de l’électricité évoque, entre autres, la situation financière dégradée de l’entreprise, la rareté des poteaux bois notamment utilisés pour les dépannages, la situation sécuritaire précaire dans le Nord-Ouest, etc.

Malgré la mise sous tension partielle du barrage hydroélectrique de Memve’ele, impliquant une offre supplémentaire de 80 MW sur le Réseau Interconnecté Sud (RIS), le service public de l’électricité ne s’est guère amélioré. Il y a plutôt eu comme une recrudescence des coupures électriques. Un paradoxe que l’entreprise Energy of Cameroon (Eneo) explique par les tensions de trésorerie et la rareté des poteaux bois.

« Plusieurs raisons sont à l’origine de cette conjoncture pour laquelle nous exprimons tous nos regrets à nos clients. D’abord, il y a la situation financière dégradée de l’entreprise. Le secteur de l’électricité en général connaît une crise aigüe de liquidités. Pour Eneo, il s’agit de sérieuses tensions de trésorerie, dues à d’énormes impayés, qui nous empêchent d’honorer tous nos engagements vis-à-vis de nos fournisseurs. La conséquence la plus visible se traduit par les difficultés rencontrées dans l’approvisionnement quotidien en fuel de nos centrales thermiques, entraînant des délestages sporadiques dommageables pour notre clientèle, et plus globalement pour l’économie du pays », affirme Eric Mansuy, directeur général d’Eneo, dans un récent entretien publié sur le site internet du concessionnaire.


Lire aussi : Comptes et mécomptes de la concession d’Eneo


Le DG d’Eneo ajoute qu’aux tensions de trésorerie, il faut additionner la rareté des poteaux bois, notamment utilisés pour les dépannages. En cause, la situation sécuritaire précaire dans le Nord-Ouest, région où Eneo tirait toute sa matière première. De ce fait, la production des poteaux a baissé de plus de 90%. « Eneo a saisi les pouvoirs publics, à travers le ministère en charge des Forêts, qui a donné son accord de principe pour l’exploitation durable de certaines réserves d’eucalyptus à l’Ouest », tente néanmoins de rassurer le DG.

Mais en attendant l’aboutissement de cette option, M. Mansuy informe que l’entreprise est en train de déployer sa stratégie de mix-poteaux. Elle consiste à réintroduire les poteaux en béton et métalliques aux côtés des poteaux bois. Dans ce sens, indique le responsable, Eneo a engagé et accompagne six entreprises locales pour la fabrication de poteaux en béton en vue de renforcer et sécuriser le réseau électrique.

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!