A la UnePolitiques Publiques
A la Une

Chambre d’agriculture : polémiques autour d’une commande d’équipements pour la résidence du président

Martin Paul Mindjos Momeny publie un avis de consultation relatif à l’acquisition de biens d’ameublement d’un montant de 50 millions FCFA. Ce coût représente plus de quatre fois l’allocation d’ameublement et d’équipement pour les Directeurs généraux des entreprises publiques les plus importantes et performantes, plafonnée en décembre 2020 par le ministre des Finances à 12 millions FCFA par an.

Nommé le 21 février 2021 par décret du président de la République, le président de la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des forêts (Capef), Martin Paul Mindjos Momeny a lancé il y a quelques jours, en qualité de maître ouvrage, un avis de consultation relatif à l’acquisition des équipements pour sa résidence. Les équipements à fournir vont des canapés 100% cuir aux armoires portes, en passant par des guéridons, des meubles home cinéma, trois tapis monarques, des tables à manger, des fers à repasser, etc. Au rang des équipements de cuisine sollicités par le patron de la Capef, l’on retrouve, entre autres, un four micro-onde, une cuisinière à gaz et un robot double force. Pour les chambres à coucher, l’adjudicataire du marché devra fournir jusqu’à 8 lits complets et 7 matelas méga luxe. Coût prévisionnel de l’opération à la fin des études préalables : 50 millions FCFA. Dans un contexte de morosité économique où l’investissement public est en berne, contexte par ailleurs marqué par une forte érosion du pouvoir d’achat des ménages moyens et pauvres, du fait notamment de l’inflation, cet avis de consultation affole la toile, qui plus est pour une structure étatique qui cumule des impayés aussi bien en termes de salaires du personnel que de règlement des prestations depuis l’ancien président Janvier Mongui Sossomba, décédé en 2018.

Lire aussi : Agriculture: la Capef ressuscite le projet de construction d’une usine d’engrais au Cameroun

Lire aussi : Conseil régional du Sud : 60 millions de FCFA pour l’achat des rideaux

Cette prestation aux rubriques des plus insolites et dont le financement incombe au contribuable est aussi un indicateur du train de vie de l’Etat, maintenu princier en dépit d’une conjoncture défavorable.  Un cadre de la maison soutient que cette dépense à prélever sur le budget de la chambre est tout à fait légal, alors qu’elle est faramineuse en tous points de vue. Tenez, l’allocation d’ameublement et d’équipement annuel des directeurs généraux des entreprises publiques les plus importantes et performantes sur la base du chiffre d’af­faires ou du budget réalisé lors des trois derniers exer­cices fiscaux., à l’instar de la Société nationale de raffinage (Sonara), la Compagnie camerounaise d’aluminium (Alucam), la Société nationale des hydrocarbures (SNH) ou encore le Fonds d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom), est plafonnée à 12 millions FCFA, selon les arrêtés portant classification en cinq catégories des 35 en­treprises du portefeuille de l’Etat d’une part, et d’autre part des 74 établissements publics administratifs, catégorie à laquelle appartient la Chambre d’agriculture. Ces textes signés par le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, datent de décembre 2020.

Lire aussi : Financement agricole : la Capef fait recours aux comités d’intermédiaires financiers

Rideaux

Ces arrêtés plafonnent à 6 millions FCFA par an, l’allocation d’ameublement et d’équipement des patrons des établissements publics administratifs les plus performants sur la base des mêmes critères mentionnés supra. Calculette en main, le montant de l’avis de consultation lancé par le président de la Capef est de près de 9 fois supérieur à l’allocation d’ameublement et d’équipement destinés aux dirigeants des établissements publics les plus performants de sa catégorie. En février dernier, l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) a annulé un marché aussi controversé de 60 millions FCFA, relatif à la fourniture de rideaux au profit du Conseil régional du Sud. Dans une sortie médiatique au plus fort de la polémique, le président de cette collectivité territoriale décentralisée, Emmanuel Mve Elemva, avait soutenu que ce marché respectait la mercuriale du ministère du Commerce.

Lire aussi : La Mairie de Kribi 2e sollicite l’aide de la CAPEF pour créer une usine de production et de conditionnement des produits de la mer

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page