A la UnePolitiques Publiques

Chantiers routiers : la dette de l’Etat envers les entreprises atteint 102 milliards de Fcfa à fin novembre

Alors que le gouvernement camerounais annonce la réalisation de 790,14 kilomètres de routes d'ici la fin de l'année, les retards de paiement des décomptes dus aux entreprises de construction pourraient plomber l’atteinte des résultats du ministère des Travaux publics.

Lors de la présentation du projet de performance pour l’exercice 2024 devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée Nationale, Emmanuel Nganou Djoumessi a dressé un bilan «satisfaisant» de l’année 2023. Le ministre des Travaux publics (Mintp) du Cameroun annonce la réalisation de 790,14 kilomètres de routes construites ou reconstruites d’ici la fin de ce mois de décembre. Cependant, malgré cette performance, des difficultés financières persistent.

Selon les confidences du ministre, la dette due aux entreprises de construction se chiffrait à 102 milliards de francs CFA à fin novembre 2023, dont 37 milliards de Fcfa au titre des travaux complémentaires de l’autoroute Yaoundé-Douala (phase 1). L’une des principales raisons de cette situation est le manque de ressources financières, entraînant l’épuisement des crédits budgétaires. «Plusieurs projets sont ainsi exécutés, a expliqué Emmanuel Nganou Djoumessi, sans paiements conséquents, du fait du tassement des ressources internes ordinaires, couplé à leur diminution lors des différents collectifs budgétaires».

Lire aussi : Réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri : le Mintp et la Banque mondiale optent pour un financement rétroactif

Début de solution

En effet, pour l’exercice 2023, le Mintp a bénéficié d’une enveloppe budgétaire chiffrée à 491,46 milliards de crédits de paiements dont 432,5 milliards pour l’investissement et 58,96 milliards pour le fonctionnement, y compris 45 milliards de crédits destinés au Fonds Routier. A la suite de l’ordonnance du 02 juin 2023 modifiant et complétant certaines dispositions de loi de finances pour l’exercice 2023, le budget dudit ministère a été ramené à 486,56 milliards de crédits de paiement ; soit une baisse de 4,9 milliards dont 4,1 milliards de ressources internes du Budget d’investissement public.

Les décomptes impayés ne seraient pas les seules contraintes financières rencontrées au ministère des Travaux publics. On évoque l’environnement financier global qui est contraignant, entraînant l’augmentation du coût de certains projets, et le niveau plus ou moins bas des ressources internes ordinaires, figées à 58 milliards de Fcfa jusqu’en 2023. En réponse à cette crise financière, l’architecte de l’État a proposé un relèvement du niveau desdites ressources à partir de l’année prochaine. Le projet de Loi de Finances pour 2024 prévoit leur revalorisation de 58 milliards à 96,52 milliards de Fcfa.

Lire aussi : Entretien routier : le Mintp transfère 7,3 milliards de FCFA aux Conseils régionaux pour l’exercice 2023

Construire 869,85 km de nouvelles routes bitumées en 2024

Cependant, de nouveaux objectifs ambitieux sont fixés pour cet exercice à venir, avec entre autres, la nécessité de construire 869,85 km de nouvelles routes bitumées en 2024, soit 79,71 kilomètres de plus que ce qui est attendu pour 2023 qui s’achève avec un léger goût amer. En effet, les réalisations de 2023 ne répondront pas aux objectifs fixés dans la Stratégie Nationale de Développement (SND30). Sur les 2 400 km de nouvelles routes bitumées prévus pour le premier triennat 2020-2023, seuls 2 000 km devraient effectivement être réalisés.

Lire aussi : Décentralisation : le Mintp et le Fonds routier n’ont transféré que 150 milliards de F aux CTD en 6 ans

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page