Chargement des breaking news...
Business et Entreprises

Cimaf mandate Société Générale Cameroun pour la dématérialisation de ses titres

Cette opération vise à se conformer à la loi de 2014 qui dispose que les valeurs mobilières doivent être sous forme électronique.

Publiée mardi 28 février 2023 à 11:23:50Modifiée mardi 28 février 2023 à 11:23:58Temps de lecture 3 minPar René Ombala

Dans le cadre de la dématérialisation des titres de ses actionnaires, la société Cimaf Cameroun SA, filiale camerounaise du groupe marocain Omnium des Industries et de la Promotion (OIP), annonce qu’elle a mandaté le banquier Société Générale Cameroun (SGC) pour l’accompagnement dans cette opération.

Pour ce faire, SGC va apporter son expertise dans l’exécution des étapes liées aux processus pré et post dématérialisation des titres des actionnaires de la cimenterie. Ceci conformément à la loi. En effet, la dématérialisation des valeurs mobilières a été instaurée par une loi en 2014. D’après ce texte, les valeurs mobilières, c’est-à-dire les actions (parts du capital social d’une entreprise qui donnent droit à des dividendes et au pouvoir de voter en assemblée) ou les obligations (titre de reconnaissance de dettes), doivent être sous forme électronique. Les détenteurs de valeurs mobilières sous la forme papier disposaient de 4 ans pour les transformer.

Lire aussi : Le marocain Cimaf va investir 89 milliards pour la construction d’une usine de clinker au Gabon

Pour l’administration camerounaise, la dématérialisation assure la transparence, la sécurité et la traçabilité des titres en circulation sur le territoire national en vue d’une parfaite maîtrise des transactions y afférentes ; un meilleur contrôle des transactions sur titres dans la perception des impôts ; la connaissance de la richesse mobilière en circulation au Cameroun ; la lutte contre les fraudes fiscales liées aux opérations sur titre, etc.

Cimaf lance la dématérialisation des titres détenus par ses actionnaires dans un contexte où la société est en pleine expansion. Car, le 03 février 2022, les actionnaires de la CIMAF ont procédé à la signature d’une convention d’investissement avec l’Agence de Promotion des Investissements au Cameroun (API) afin de porter la capacité de production de cette cimenterie de 500.000 tonnes à 1,5 million de tonnes par an.

Lire aussi : Cimenteries : Cimaf vise une production annuelle de 1,5 million de tonnes au Cameroun

Cet investissement d’une enveloppe totale de 26 milliards de FCFA doit permettre la création d’une nouvelle unité de production qui est annoncée au dernier trimestre 2023, permettant ainsi de doter la Cimaf d’une capacité supplémentaire de 1 million de tonnes de ciment par an, dans un marché concurrentiel âprement discuté, où la demande se fait de plus en plus forte et plus exigeante en termes de qualité. Cimaf devra pouvoir prétendre à une plus large couverture des différentes régions du pays, voire servir les pays frontaliers, notamment la République Centrafricaine.

La société Cimaf Cameroun, opérateur clé du secteur cimentier au Cameroun est détenue par la Holding Marocaine Omnium des Industries et de la Promotion à hauteur de 70%, est l’une des treize filiales du réseau Cimaf en Afrique subsaharienne.

Lire aussi : Cimenterie : Cimaf veut tripler ses capacités de production

Articles similaires

Actuellement en kiosque

Les plus lus

1
2
3
4

Nos réseaux

Magazine
computer

Le meilleur de l’actualité économique africaine en un clic

Enquêtes, informations exclusives, analyses, interviews, reportages... Chaque jour, la rédaction d'EcoMatin met son expertise au service des lecteurs.

Informations fiables, newsletters exclusives : Abonnez-vous pour avoir un accès illimité à l'ensemble de notre offre éditoriale.

Abonnez-vous pour €99.9 par an

Nos offres vous proposent un accès illimité à tous nos articles, y compris les contenus exclusifs et premium.

S'abonner