Business et Entreprises
A la Une

Cimencam investit 1,2 milliard de F pour la construction d’une usine de mortier sec

Elle permettra de couvrir une demande de ce matériau estimée à 400.000 tonnes par an, selon une étude de marché menée par les Cimenteries du Cameroun (Cimencam).

Les Cimenteries du Cameroun (Cimencam), leader du marché des matériaux de construction au Cameroun et dans la sous-région Afrique Centrale, a procédé le 16 avril dernier, à la pose de la première pierre d’une usine de mortier sec sur son site de Bonabéri à Douala, la capitale économique. Cimencam se lance à la conquête d’un marché potentiel de consommation de ce produit évaluée à 400 000 tonnes par an. «En faisant un peu de prospective, on s’est rendu compte qu’il y a un marché intéressant du mortier estimé à 400.000 tonnes par an. Cimencam a décidé de répondre aux attentes de sa clientèle», a révélé le directeur général de Cimencam, Benoît Galichet, qui indique par ailleurs que sa structure entend, à travers cette solution innovante, consolider sa place de leader dans la production des matériaux de Bâtiments et Travaux Publics (Btp) au Cameroun. Le coût prévisionnel du chantier est de 1,2 milliard de Francs Cfa et les délais d’exécution des travaux sont évalués à sept mois.

Lire aussi : Cimencam et Afriland first Bank mettent sur pied la plateforme de paiement « My Cimencam »

L’entreprise envisage dans le cadre de ce projet de produire trois types de mortier sec pour la commercialisation. Il s’agit du mortier colle (basique, moyen et premium), communément appelé « ciment colle » ; du mortier de maçonnerie et de revêtement (maçonnerie courante, crépissage, finition et décoration), et du mortier technique (mortier d’étanchéité). Cimencam ambitionne de multiplier ses gammes de mortiers sur le marché dans les trois prochaines années, suivant la mise en service de l’usine. L’usine disposera d’une capacité de production annuelle estimée à 50 000 tonnes de mortier sec, soit seulement 12,5% de la demande annuelle estimée à 400 000 tonnes.

Du mortier sec en question

Selon les explications du chef de projet de construction de l’usine, Elvis Tokoh, le mortier sec est un mélange de sable, ciment et adjuvants dans les proportions bien définies. Il a pour rôle de solidariser les éléments entre eux, d’assurer la stabilité de l’ouvrage, de combler les interstices des blocs de construction. Le mortier de ciment peut être utilisé pour la réalisation de maçonnerie de blocs de béton, d’enduits traditionnels intérieurs ou extérieurs, de chape, de joints de maçonnerie.

Lire aussi : Covid-19 : Cimencam fait un don de 100 millions au Minsanté

L’un des derniers investissements de Cimencam est la construction de son usine de production de ciment de Nomayos, situé dans l’arrondissement de Mbankomo, département de la Mefou et Akono. Cette usine inaugurée le 2 avril 2019 dispose d’une capacité productive de 500 000 tonnes de ciment par an, et a considérablement contribué à booster la production globale de l’entreprise, qui se chiffre à 2,2 millions de tonnes par an. Ce qui lui vaut la place de leader dans la production du ciment au Cameroun, suivie de Dangote (1,5 million de tonnes), Cimenteries d’Afrique (500 000 tonnes) et Mecdem (200 000 tonnes), selon des données de 2019. En plus de l’usine de broyage de Nomayos, Cimencam compte une cimenterie intégrée à Figuil dans le Nord, une station de broyage à Bonabéri et une centrale à béton à Olembe.

Lire aussi : Paul Biya reconduit Benoit Galichet à la tête de Cimencam

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?