Business

Cimencam: un nouveau poste électrique pour alimenter l’usine de Nomayos

Ce poste de 36 méga volts ampère dont les travaux de raccordement ont provoqué un délestage va aussi alimenter la couverture de la demande en énergie électrique dans la nouvelle zone industrielle de Yaoundé Ouest

La mise en service de l’usine des Cimenteries du Cameroun (Cimencam) est imminente. Et les signes sont perceptibles. Le 4 mars dernier en effet, les régions du Centre et du Sud ont été privées d’électricité entre 6h et 12h00. Selon Gaston Eloundou Essomba, le ministre de l’Eau et de l’Energie, dans un communiqué, cette interruption est indispensable pour effectuer le raccordement du poste abaisseur de Nomayos au réseau de transport de l’électricité. Le poste en question étant nécessaire pour la mise en service prochaine de la nouvelle unité de production de ciment de Nomayos, précise-t-il.


>> Lire aussi – Cimenterie: Dangote Cameroon garde le leadership du marché devant Cimencam


Le nouveau poste de 90/30 kilo volt de Nomayos d’une puissance installée de 36 mégavolt ampère va permettre, explique le ministre, la stabilisation et la fiabilisation de l’alimentation en énergie électrique dans les localités de Mbankomo, Ngoumou, Makak, Nomayos, tous les villages environnants et les quartiers périphériques de la ville de Yaoundé comme Ahala, Afanoyo, Meyo, Messamendongo, etc. ; l’alimentation de la nouvelle unité industrielle de broyage de Clinker de Nomayos ; et la couverture de la demande en énergie électrique dans la nouvelle zone industrielle de Yaoundé Ouest.

Annoncée pour ce début 2019, la nouvelle usine aura une capacité de production de 500 000 tonnes par an, portant ainsi à 2 millions de tonnes, la capacité de production globale de Cimencam. Le niveau d’avancement des travaux est encourageant, selon un cadre de l’entreprise, qui explique qu’il y a pratiquement 200 personnes qui y travaillent, Chinois et Camerounais, avec un nouveau broyeur déjà sur le site.


>> Lire aussi – Industrie: ces trois secteurs qui se démarquent


C’est en mai 2016 que l’Etat du Cameroun et Lafarge-Holcim ont signé la convention d’investissement sur ce projet, pour lequel une cérémonie de pose de la première pierre avait déjà eu lieu sur le site de construction de l’usine, en septembre 2011 ; quelques jours seulement après le lancement des travaux de construction de la cimenterie Dangote de Douala, entrée en service en 2015. D’un montant total de 23 milliards de FCfa, cet investissement a finalement bénéficié des dispositions de la loi de 2013 (révisée en 2017) «portant incitations à l’investissement privé en République du Cameroun» ; laquelle loi octroie d’importantes exonérations fiscalo-douanières (5 à 10 ans) aux opérateurs économiques, aussi bien pendant les phases d’installation que de production de leurs entreprises.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!