Business

Climat social à EDC: aux sources du divorce entre Théodore Nsangou et le personnel

A travers le Syndicat des travailleurs du secteur de développement des ouvrages de production, de transport et de régulation de l’électricité (Syntdoptre), le personnel de EDC réclame entre autres, le non-paiement intégral des salaires, le non-reversement des cotisations sociales depuis neuf ans, le flou sur le profil de carrière.

L’ambiance est donc pour le moins électrique à Electricity Development Corporation (EDC), l’entreprise publique de patrimoine du secteur de l’électricité au Cameroun. Même si certaines sources tentent de prouver le contraire. La correspondance du ministre du Travail et de la Sécurité sociale adressée au directeur général de EDC au mois de mai dernier, peut d’ailleurs attester du climat délétère qui règne dans cette entreprise. Dans ladite correspondance, le MINTSS invite le DG de EDC de « bien vouloir poursuivre le dialogue social avec vos travailleurs en vue de trouver des solutions à l’ensemble de leurs revendications, dans le but de la préservation de la paix sociale au sein de votre structure ». En effet, le 12 mars 2018, le Syndicat des travailleurs du secteur de développement des ouvrages de production, de transport et de régulation de l’électricité (Syntdoptre) avait adressé un «préavis de grève sous huitaine», à Théodore Nsangou, le directeur général de l’entreprise publique.

Les récriminations du personnel de EDC à Théodore Nsangou

Le président du Syntdoptre, Jean Yves Ngoun Misse, écrivait à cet effet: «Nous avons livré en juin 2017 le chantier de construction du barrage hydroélectrique de Lom Pangar avec une lettre de félicitations adressée à l’ensemble du personnel. Par contre, rien de profitable n’a été fait jusqu’ici à l’endroit du personnel qui a consenti d’énormes sacrifices depuis plus de 6 ans ; au contraire des cas de violation des droits des travailleurs se multiplient et les portes du dialogue social sont cadenassées par monsieur le directeur général».

Egalement, ce syndicat explique que les employés à EDC dénoncent le fait que la commission d’avancements qui devrait siéger chaque septembre de l’année, n’a eu lieu que deux fois sur neuf ans. Aussi, les échelons automatiques du personnel de quatre années d’ancienneté sont gelés depuis la création de EDC. Aussi, les retenues sur salaires qui ne sont pas reversées à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS), soit plus de 800 millions de FCFA de dettes, avec son corollaire de conséquences sur la vie des travailleurs qui sont privés de pension retraite depuis neuf ans, sans allocations familiales, pas de prise en charge pour accidentés de travail, encore moins la prise en charge des femmes enceintes. Cette longue liste des griefs portés contre le DG de EDC révèlent que les évaluations du personnel qui devaient intervenir chaque année restent virtuelles. Idem pour le non-paiement de la prime de fin de chantier du barrage réservoir de Lom Pangar au personnel de EDC au moment où tous les autres acteurs dudit chantier en ont déjà reçu (CWE, COB, ISL…).

Des fraudes et tripatouillages au niveau de la solde du personnel

Pis encore, les syndicalistes font remarquer que le calcul des soldes de tout compte aux ayants droits des personnels de EDC décédés depuis plus de cinq ans n’est pas effectif. Entre autres manquements relevés par les employés, l’on relève aussi l’absence d’un planning de formation ou de renforcement des capacités du personnel avant, pendant et après le chantier du barrage réservoir, les multiples fraudes et tripatouillages dans le traitement au niveau de la solde de EDC des retenues syndicales des camarades membres syndiqués au sein de EDC. Mais également, le personnel attend, indique-t-on, vainement l’actualisation et la finalisation du dossier de remise des médailles de travail, surtout après la réception en juin 2017 du barrage réservoir de Lom Pangar et les félicitations du top management aux personnels qui en ont suivi. Le Syndicat va même plus loin: «le paiement des arriérés de salaire des 24 cadres recrutés en mai 2010 par le conseil d’administration; le traitement discriminatoire des avantages accordés à certains personnels».

Et plus loin, «le calcul et le paiement des manques à gagner au personnel, le commissaire aux comptes dans son rapport 2015-2016 en a estimé à 450 millions de FCFA ; le calcul de la provision et le paiement de l’indemnité de fin carrière aux personnels en fin de séjour en entreprise et les soldes de tous comptes des personnels licenciés ou démissionnaires depuis plusieurs années».

La Rédaction EcoMatin

Mots clés
Afficher plus

Articles Liés

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!