A la UneBusiness et Entreprises
A la Une

Condamné par la justice française, Stéphane Richard démissionne de la présidence d’Orange Group

Le président directeur général de l’opérateur de téléphonie français a rendu son tablier mercredi au conseil d’administration, suite à sa condamnation en justice dans l’affaire « Tapie ».

Le Français Stéphane Richard, président directeur général d’Orange Group, a démissionné de ses fonctions. Il a remis sa démission au conseil d’administration, réuni mercredi à Paris, et ne présidera plus aux destinées de cette institution d’ici au plus tard le 31 janvier 2022, indique un communiqué du groupe rendu public à cet effet. Cette décision fait suite à la condamnation de Stéphane Richard par la justice française, dans l’affaire « Tapie », à une peine d’emprisonnement d’un an avec sursis et de 50.000 euros d’amende.

Il continuera tout de même à exercer ses fonctions jusqu’à son départ, le temps qu’un successeur lui soit trouvé. Le conseil d’administration a « pris acte » de cette décision, et salut « la volonté de Stéphane Richard de préserver la bonne gouvernance du groupe », souligne l’entreprise. Il s’est donc agi d’une contrainte éthique pour cet ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, ex ministère de l’Economie française (2007-2011).

Le Pdg sortant d’Orange Group a occupé cette fonction pendant onze années de suite, et a œuvré à ramener à la sérénité au sein du groupe dans ses moments tumultueux, précisément lorsqu’il s’est agi de la transformation d’Orange en opérateur multi-services de premier rang en Europe et en Afrique.

Le conseil d’administration travaille désormais à trouver un successeur à Stéphane Richard, et plusieurs profils sont évoqués, la justice ayant éliminé le scénario du maintien de celui-ci à la tête de l’entreprise après sa condamnation, alors qu’il espérait un poste de « président non-exécutif ».

Rappelons que le délibéré de l’Affaire Bernard Tapie a été prononcé le 24 novembre prochain, alors qu’il était initialement programmé le 6 octobre dernier, mais a été reporté en raison du décès de l’homme d’affaires français le 3 octobre 2021, principal mis en cause. Dans cette affaire, l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde était accusé de « complicité d’escroquerie » et de « complicité de détournement de fonds publics » pour avoir encouragé le choix de l’arbitrage dans l’affaire Tapie-Adidas du temps où il était en fonction au ministère français de l’Economie.

Peu avant son départ, Stéphane Richard a séjourné au Cameroun au mois d’octobre dernier, officiellement pour procéder à l’inauguration du Orange  Digital Center à Douala. Mais surtout pour rencontrer les officiels camerounais afin d’échanger sur les problématiques du secteur des télécommunications, et lancer une nouvelle offensive pour le compte d’Orange en faveur de la libéralisation de la fibre optique.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page