Conjoncture

Conférence internationale : la précarité de l’emploi touche 70% de la population jeune au Cameroun

Les résultats des travaux effectués par le centre de recherche pour le développement international, (Crdi) ont été rendus publics à Yaoundé mercredi le 24 juillet 2019 par les responsables dudit centre.

Plusieurs résultats ont étés évoqués au sortir de la conférence internationale d’amélioration des politiques d’emploi des jeunes en Afrique. En premier, une évaluation des jeunes en matière d’emploi au Cameroun démontre que 2/3 de la population en dessous de 35 ans est intéressée par les questions d’emploi. Le chômage au sein de la population jeune atteint 2 chiffres, c’est-à-dire autour de 10%. Tandis que sur le plan global il est de 5%. Le sous-emploi, notamment les emplois précaires, touche 70% de jeunes. Les délais d’insertion professionnels  sont très longs entre la sortie de l’école et le premier travail, car on compte au minimum 36 mois. Comme autre résultat, le renforcement des capacités en termes de formation initial des différents intervenants  dans la chaine des politiques de l’emploi. Comme le laisse entendre Fomba Kamga, le coordonnateur du Crdi, « Nous  avons remarqué que la quasi-totalité des intervenants se forment lorsqu’ils sont déjà en train de travailler. Alors qu’il aurait été souhaitable de leur inculquer au préalable la notion d’emploi, les techniques d’insertion professionnelle, etc. ». « Il y’a également le suivi-évaluation sur lequel nous mettons un point d’honneur » ajoute-t-il.

La question du genre est toute aussi préoccupante. Bien que n’étant pas encore adopté de façon systématique dans les différents programmes, le genre féminin se doit d’être intégré au niveau de l’élaboration des politiques d’emploi, de tous les indicateurs de suivi et au niveau de l’évaluation d’impact.

Le Crdi a pu mettre en relation, au terme de ces travaux de recherches qui ont durés 5 jours, tous les acteurs qui travaillent sur la question, de façon à mutualiser les moyens pour améliorer les résultats. Car  parfois,  des acteurs font la même chose sans se connaitre. Ce qui ne leur permet pas d’exploiter de façon optimale les ressources qui leur sont allouées. Ce d’autant plus que ces ressources ne sont pas en quantité illimitée.  Le Crdi projette donc à la fin de ces travaux,  avec l’aide des différents partenaires venus de cinq pays, notamment le Cameroun ; le Tchad ; le Congo ; la Cote d’Ivoire et Le Sénégal, d’accompagner  les différents acteurs de la chaine des politiques d’emploi  en intégrant cet accompagnement comme résultat final de l’évaluation de ses activités.

D’après  Issa Tchiroma Bakary, ministre de l’Emploi et Formation Professionnelle, présent à cette cérémonie,  « l’évolution des institutions du marché du travail est liée aux mutations qu’a connues l’économie camerounaise depuis les indépendances jusqu’à nos jours. », Dans la mise en œuvre de sa politique de promotion de l’emploi des jeunes,  «  le gouvernement du Cameroun a mis en place des projets et programmes pour faciliter l’insertion de ces jeunes sur le marché du travail. Il s’agit entre autres, du programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes ; du projet intégré d’appui aux acteurs du secteur informel… », A t’il conclut.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!