A la UneAfrique Centrale
A la Une

Congo : 48 milliards de Fcfa de la Banque mondiale pour optimiser la collecte des recettes internes

Les fonds serviront à renforcer les capacités des services fiscaux et douaniers dans la mobilisation des recettes internes et à outiller l’administration pour une gestion efficace des finances publiques.

 C’est par un communiqué de la Banque mondiale que la nouvelle de l’allocation de 80 millions de dollars au gouvernement congolais (48,08 milliards de Fcfa) a été rendue publique. Les ressources ainsi mises à la disposition des autorités, assure le communiqué dont EcoMatin a eu copie, visent à soutenir les réformes entreprises en vue de renforcer la mobilisation des recettes fiscalo-douanières et la gestion efficace des finances publiques, avec pour objectif de créer des conditions plus propices à une croissance inclusive et durable.

Le déblocage de cette enveloppe, apprend-on, est le deuxième d’une série de trois opérations prévues sur la période 2022-2024 et financées par deux guichets du groupe de la Banque Mondiale : la Banque internationale la reconstruction et le développement (BIRD) d’une part, et l’Association internationale de développement (IDA) d’autre part. La première avait eu lieu le 16 décembre 2022 et portait sur un montant de 50 millions de dollars (environ 30 milliards de Fcfa) dédié aux réformes éponymes. Toute chose qui permettra à terme de placer l’économie congolaise sur la voie de la reprise, conformément au Plan national de développement 2022-2026 mis en place par le gouvernement.

Lire aussi : Congo : Brazzaville livre le plan d’apurement de sa dette intérieure

L’opération du 15 décembre dernier est articulée autour de deux axes dont le premier porte sur le renforcement de la viabilité budgétaire et de la gouvernance. Cet axe vise la modernisation de l’administration fiscale et douanière, la mise en place d’une réglementation plus rigoureuse du secteur pétrolier, un contrôle accru des finances publiques et l’amélioration de l’efficacité du système de passation des marchés publics.

Le second axe porte sur le soutien de la diversification économique et l’inclusion financière grâce à l’amélioration de l’environnement de l’entreprise, la protection sociale des couches les plus vulnérables, ainsi que l’accès à l’électricité et aux services essentiels comme la santé et l’éducation.

Lire aussi : Congo : l’Etat table sur un budget de plus de 2 625 milliards de FCFA

«Les réformes soutenues par ce financement à l’appui des politiques de développement sont indispensables pour améliorer la situation budgétaire et la gouvernance du pays tout en diversifiant l’économie », souligne Cheick Fantamady Kanté, directeur des opérations de la Banque Mondiale pour le Congo. D’après lui, ce train de réformes constitue un ensemble de mesures essentielles permettant de parvenir à une croissance durable et inclusive, au soutien de l’économie et à l’amélioration du bien-être des populations.

Les réformes ainsi mises en places permettront de renforcer la résilience du pays aux chocs futurs, d’augmenter la marge de manœuvre budgétaire du pays, afin de financer le développement des infrastructures sanitaires, de formation professionnelle, du capital humain ainsi que les compétences des futurs cadres techniques et administratifs.

Lire aussi : Congo : la BAD octroie un prêt de 60 milliards de Fcfa pour diversifier l’économie

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page