Echos des régionsOuest
A la Une

Consommation : la commercialisation des vivres prends de l‘ampleur à Foumbot

Ce marché est devenu grâce à la qualité et la quantité des produits mis en vente, l’un des plus grands points d’approvisionnement en vivres pour des nationaux et des étrangers.

Paralysé par le Covid-19, le marché des vivres de Foumbot est pourtant une place commerciale de 1er choix. Les commerçants nationaux venus principalement des régions du Centre, du Littoral et des villes de Bafoussam ou de Foumban, se ravitaillent sur ce marché devenu par la force des choses, l’un des plus grands marchés de la tomate et de la morelle noire du Cameroun. L’embarquement au bord des champs jadis le mode de ravitaillement le plus pratiqué, donne désormais place au marché des vivres de Foumbot.

Lire aussi : 800 millions pour construire le complexe marchand de Foumbot

Le mardi 1er juin, il est 10H15, trois camions cargo sont en chargement par des jeunes venus à la recherche de leur pain quotidien. Des sacs d’avocats et de patates sont transportés sur la tête ou sur le dos pour ces véhicules destinés au transport de marchandises. Dans une chaine bien organisée, les uns transportent des marchandises vers les véhicules à l’aide des porte-tout tandis que les autres s’attèlent à les charger. A l’observation, les produits portent les insignes de chaque commerçant. Ils sont également classés par zone et selon la destination. « Notre travail consiste à charger les produits dans les véhicules. Nous faisons d’abord le recensement des produits à charger. Les marchandises pour la destination finale qui est Douala pour le cas du véhicule que nous chargeons actuellement sont classées en premier. Nous allons boucler avec les produits à destination de Banga. Nous sommes une équipe de quatre. Deux personnes déposent les produits dans la voiture et deux autres s’en chargent de les classer. Ceux qui s’occupent des légumes sont différents de nous. Le chauffeur maitrise la destination des produits des différents bayam-selam », confie Souleymane Njoya, l’un des chargeurs au marché des vivres de Foumbot.

Lire aussi : Développement local : le Feicom accorde près d’un milliard de F à la commune de Foumban

Foumbot est une ville des hauts plateaux de l’Ouest Cameroun. Il a longtemps servi de centre de collecte et de traitement du café en pays Bamoun. L’existence des structures caféières créées par les coopératives des planteurs africains et européens de café dans la localité témoigne encore de la place accordée au café dans la construction de l’espace urbain. Ces dernières années, la commercialisation des vivres prend de l’ascendant sur le café. Le vivrier produit dans l’arrondissement de Foumbot et sur l’ensemble du plateau Bamoun est vendu sur le marché de Foumbot qui est devenu par la force des choses l’un des plus grands marchés de vivres du Cameroun. Selon les dires de Inoussa Njoya, maire de la Commune de Foumbot, d’une année à l’autre, l’activité qui se développe et se raffermit davantage grâce au dynamisme de ses populations.

Armel Djiogue

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?