Politiques Publiques
A la Une

Construction des ponts métalliques : le gouvernement négocie 30 milliards auprès de Société Générale pour relancer le projet

Seul un pont métallique a été installé sur les 42 attendus depuis mai 2020. Les démarches entreprises avec Société Générale Paris depuis plus de deux ans en vue de la reconduction des fonds non décaissés, n’ont toujours pas abouti.

Depuis 2019, le projet de construction des ponts métalliques en sections préfabriquées modulaires dans les 10 régions du Cameroun est quasiment au point mort. Excepté le pont sur rivière Mama(Est) et Ngoum à Kekem(Ouest) qui ont récemment démarré, les autres ouvrages piétinent.  Entre autres goulots d’étranglement, Abdou Chérif ;  coordonnateur de l’Unité de préparation et de suivi du projet des ponts métalliques Acrow évoque dans les colonnes de Cameroon Tribune : le déficit de financement, la disponibilité de certains matériaux sur le site, la prise en charge des taxes et frais de douanes. C’est pour véritablement reprendre ces travaux que le gouvernement camerounais poursuit le plaidoyer auprès de Société Générale Paris en vue du décaissement du financement non consommé au moment de la date d’expiration en 2019. « Le financement avec la Société Générale qui est en train d’être négocié est de 30 milliards de Fcfa », nous rassure une source proche du dossier.

Lire aussi : Infrastructures : l’espagnol Centunion cible la construction de 04 ponts métalliques pour 38,6 milliards au Cameroun

En effet, le projet en question remonte en décembre 2014 lorsque le président de la République Paul Biya autorise le Minépat de l’époque ; Emmanuel Nganou Djoumessi, à contracter un prêt de 68 millions d’euros (environ 45 milliards de Fcfa) auprès de Société Générale Paris. Cinq ans après, ce décaissement du crédit extérieur arrive à expiration dû au retard de l’entreprise Ellipse Projects SAS France dans la validation des Termes de référence des études environnementales par le ministère de l’Environnement d’où l’arrêt des travaux sur le terrain deux mois plus tard.

Depuis 2021, le Cameroun est en discussion avec Société Générale pour reconduire lesdits fonds. Ce groupe bancaire a pourtant marqué en 2022, sa disponibilité à remobiliser le financement non décaissé et bien plus, pour l’installation des ponts métalliques déjà achetés auprès du fournisseur Acrow Corporation USA, et mis à la disposition du Mintp. Or, « nous avons perdu 60% du financement qui n’a pas été consommé », déplore  Abdou Chérif.

En attendant l’issue des pourparlers avec l’établissement de crédit, l’on apprend qu’au moment de la résiliation du contrat avec Ellipse Projects SAS France(qui a gagné la marche en octobre 2016 pour une durée de 36 mois, Ndlr)  en mai 2022, Société Générale comptait encore mobiliser 9,6 milliards de Fcfa au profit du Cameroun tandis que l’ex entreprise adjudicataire « devait rembourser dans le cadre de l’avance de démarrage contracté, 4, 5  milliards de Fcfa »  dont on n’a pas plus de détails pour le moment.

Par ailleurs, dans le budget d’investissement public(BIP) 2022, le gouvernement avait prévu 8,1 milliards de Fcfa pour la relance du projet. C’est en janvier 2023, que deux entreprises camerounaises (Nan Company Limited et le Groupement First Services Mapo Sarl) ont été retenues à cet effet. Celles-ci doivent visiblement s’occuper de la construction de 09 ponts métalliques dans les régions de l’Adamaoua, Centre et Sud pour un montant de 3,1 milliards de Fcfa.

Lire aussi : Projet de 55 ponts métalliques : 3,1 milliards de FCFA adjugés à 2 entreprises camerounaises pour relancer les travaux

Encore une longue attente

A date, seule la rivière Bella sur Elogbatindi-Memel-Bipindi dans la région du Sud est dotée d’un pont. C’est dire que le projet a connu jusque-là une suite de péripéties pouvant parfois laisser place à un flou. En plus du non-respect de la date de livraison, le nombre de ponts métalliques initialement prévus à 55 pour être installés, a été revu à 42. Pour cause, « le montant disponible du prêt correspondait à 2 100 ml  cumulés », fait savoir le coordonnateur du projet avant de relever que   le financement extérieur de l’époque avait permis juste d’acheter les ponts,  2 300 ml cumulés et l’installation n’avait pas pu aboutir lorsque la période de décaissement était arrivée à terme ».

Du reste, Acrow compte construire 16 ponts avec Razel Cameroun, la « société exportatrice » et 10 ponts avec le BIP. Mais tout porte à croire que le projet de construction des désormais 42 ponts métalliques, pourrait encore prendre du temps avant d’être finalement réceptionné pour une date pas encore envisageable. La raison, « il faudra maintenant pour les 17 ponts restants, soit chercher un financement, soit continuer dans le BIP en programmant chaque année », indique Abdou Moumini Chérif au quotidien à capitaux publics.

A LIRE AUSSI :

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page