Afrique Centrale
A la Une

Contrats miniers en RDC : le FMI veut plus de transparence

La lutte contre la corruption constitue la principale exigence formulée à Kinshasa.

Dans son dernier communiqué annonçant le déblocage des fonds de la troisième revue du programme économique et financier conclu avec le gouvernement il y a un an, le Fonds monétaire international appelle ce dernier à publier la teneur des contrats miniers révisés ou ceux qui ont été récemment conclus.

Lire aussi : RDC : Ivanhoe Mines projette une production de 9,2 millions de tonnes de cuivre en 2023

«Les réformes structurelles et de gouvernance restent essentielles pour la diversification économique et la croissance tirée par le secteur privé. L’amélioration des cadres de lutte contre la corruption et de LBC/FT, la simplification du système fiscal, les efforts continus de transparence dans le secteur minier (y compris en publiant tous les nouveaux contrats miniers et ceux renégociés) et la mise en œuvre des procédures visant à publier les informations sur les bénéficiaires effectifs des contrats publics amélioreront le climat des affaires et mobiliseront des investissements», recommande le FMI.

Lire aussi : Balance des paiements : le FMI va mobiliser 200 millions de dollars en faveur de la RDC en décembre

Cette recommandation du Fonds vient à la suite de celles répétées des autorités américaines qui attendent que le secteur minier soit exempt d’atteinte aux bonnes pratiques en matière de gouvernance et de travail décent.

Aussi appellent-ils les autorités à plus d’action dans la lutte contre la corruption avant d’investir dans le secteur en dépit de son potentiel.

Lire aussi : RDC : Félix Tshisekedi rencontre le chef de mission du FMI à Kinshasa

«Nous voulons que l’industrie minière soit exempte de toute corruption, que les travailleurs du secteur soient traités de manière équitable et que les compagnies qui opèrent dans le pays recrutent des travailleurs congolais qui bénéficient de salaires justes et d’un traitement décent», indiquait Amos Hochstein, envoyé spécial du président Joe Biden auprès de son homologue Félix Tshisekedi le 13 septembre dernier.

Nombre de rapports de la société civile et des ONG de RDC accablent les compagnies minières opérant dans le pays d’entorses graves à la bonne gouvernance et aux meilleures pratiques en matière d’équité, de bonne gestion et d’autres griefs préoccupants.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page