Afrique CentraleCongo
A la Une

Contrats miniers : la Sicomines dans le viseur de Blinken

En visite en Rdc, le secrétaire d’Etat américain veut plus de transparence dans les contrats miniers impliquant les compagnies chinoises installées dans le pays.

Dans l’agenda officiel des entretiens entre le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken et le chef de l’Etat congolais, Félix Antoine Tshisekedi, figurait en bonne place la relecture des contrats miniers impliquant les compagnies minières chinoises opérant en Rdc.

En fait, assurent des sources présidentielles, le secrétaire d’Etat américain n’a pas manqué de faire observer au président congolais les efforts des Etats-Unis en matière d’appuis budgétaires concernant les bonnes pratiques. Seulement, les entreprises chinoises, notamment la Sicomines, bénéficient de contrats avantageux que dénoncent les Américains. Ce qui a amené Anthony Blinken a demandé au président Tshisekedi, de réviser les contrats miniers conclus avec les opérateurs chinois.

Lire aussi : RDC : Kibal Gold Mines produit à 31 308 Kg d’or en 2021

Les Américains, selon une source proche des milieux miniers, apportent leur soutien à « la décision du gouvernement RD-congolais de revoir les contrats miniers et une plus grande responsabilisation dans le secteur minier». Car, en vertu des 30 millions de dollars d’aides gouvernementales venant des Etats-Unis chaque année pour garantir entre autres l’équité, la transparence fiscale, les droits du travail ou encore le respect des normes environnementales, sociales et de gouvernance, la Rdc se doit d’ajuster les contrats miniers conclus avec les Chinois en vue d’une plus grande lisibilité.

Lire aussi : Exploitation minière : la Sonamines s’investit dans le retrait des enfants des mines

Car, ces contrats souvent conclus pour des investissements dans les domaines des infrastructures de transport telles que les routes, les lignes de chemin de fer ; l’énergie avec la construction de centrales hydroélectriques ; l’éducation ou encore la santé contre des millions de tonnes de cuivre et des centaines de milliers de tonnes de cobalt, esquivent en grande partie les intérêts de la population. 

Lire aussi : La sonamines veut construire une raffinerie d’or au Cameroun

De plus, en sus du flou artistique qui entoure le mode de tarification des minerais, le coût des infrastructures à construire et leur désignation, ces contrats ne donnent pas la possibilité aux populations de bénéficier des avantages de l’exploitation minière sur leur vécu quotidien.

Simon Pierre Mbarga

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page