Politiques Publiques
A la Une

Corridor Douala-Bangui : la RCA arrête les frais d’acheminement des marchandises à 3,350 millions de F

La décision a été prise lors d’une rencontre de travail qui s’est tenue entre le ministre des Transports camerounais et son homologue centrafricain. A celle-ci s’ajoute d’autres résolutions pour accélérer et fluidifier.

Le ministre des Transports, Jean Ernest Masséna Ngallè Bibéhè et  Arnaud Abazene Djoubaye, ministre des Transports et de l’Aviation civile de la République Centrafricaine, ont tenu une séance de travail dans les locaux du Mintransport. C’était en présence  du ministre délégué auprès du ministre des Transports,  de l’ambassadrice de RCA au Cameroun, du Directeur général de la Douane camerounaise, du Directeur général de la douane centrafricaine, des représentants du SED et de la DGSN entre autres.

Lire aussi : Corridor Douala-Bangui : reprise du trafic sous haute surveillance

A l’issue de cette concertation des résolutions  importantes ont été adoptées pour accélérer et fluidifier le trafic sur le corridor Douala-Bangui. Comme résolutions figurent la suspension systématique de la pose des GPS par la Direction Générale des Douanes camerounaise au regard du nombre élevé des véhicules en attente,  de l’annulation des pénalités liées aux surestaries et des frais de stationnement au Port autonome de Douala, l’annulation des frais de location des conteneurs ainsi que la possibilité du contournement des véhicules sur le territoire congolais. Dans la même foulée, le ministre de la RCA a arrêté les frais d’acheminement des marchandises à 3,350 millions de FCFA tel que souhaité par les transporteurs camerounais. En ce qui concerne les marchandises périssables, leur dédouanement devra se faire au Port de Douala.

Lire aussi : Corridor Douala-Bangui : près de 1000 camions bloqués à la frontière centrafricaine

Toujours au terme de cette réunion, le ministre centrafricain a rassuré les transporteurs camerounais de la reprise du trafic sur le corridor Douala-Bangui et de la disponibilité de l’escorte y afférente. Voilà ce qui devrait rassurés les transporteurs Camerounais et Centrafricains en matière de sécurité des activités sur le corridor Douala-Bangui.

Cet axe routier, constitue alors un point important dans l’approvisionnement du pays voisins. Pour rappel, selon les chiffres délivrés par le Bureau de gestion du fret terrestre (Bgft), ce sont en moyenne un peu plus de 1 millions de tonnes de marchandises qui sortent du Cameroun vers la République centrafricaine annuellement. Pour 40 587 mouvements de camions: «la Centrafrique est un pays dépourvu de façade maritime. Ses marchandises transitent par le Port de Douala. C’est également un pays industriellement dépendant de la production locale camerounaise. Le Cameroun est la voie principale de ravitaillement pour ce pays. D’où cet important trafic», explique Raymond Moungang, le Président régional du Sntrc (Syndicat des transporteurs routiers du Cameroun) pour la Région du Littoral.

lire aussi : Corridor Douala-Bangui : application du prix consensuel dès 2021

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page