A la UneConjoncture

Coût de vie : Yaoundé, 52e ville la plus chère au monde

Mercer, le cabinet international spécialisé sur le coût mondial de la vie, du logement et des indemnités de pénibilité, vient de publier son classement 2019 des 209 métropoles les plus onéreuses au monde pour les travailleurs étrangers.

Les habitants de la ville de Yaoundé savent assurément que pour vivre confortablement dans cette partie du pays il faut avoir des revenus. Mais où se situe la cité capitale à l’échelle internationale ? En examinant le classement 2019 du cabinet Mercer consacré au coût de la vie des villes les plus chères au monde pour les expatriés,  l’on remarque que sur les 209 métropoles répertoriées, Yaoundé figure à la 52e position cette année contre 43e en 2018, soit une perte de 9 places.

Contrairement à Yaoundé, Douala se range à la 66e place du chapitre des villes les plus onéreux pour un travailleur venu d’un autre pays en 2019. Cependant, la capitale économique camerounaise a en effet amélioré son rang en gagnant 07 places car elle se situait à la 73e position en 2018.

Les cas des villes camerounaises sont relativement moins pénibles en comparaison à plusieurs autres cités africaines. Sur le continent, c’est Ndjamena (Tchad), la 11ème cité la plus chère au monde, Kinshasa (RDC) et Libreville (Gabon) qui sont considérées comme les villes les plus chères en termes de coût de la vie pour les étrangers. Tout juste après ce trio, pointe Lagos, capitale économique du Nigeria, 8ème exportateur mondial de l’or noir, considéré comme le symbole même du paradoxe pétrolier africain, et Luanda, capitale de l’Angola, autre grand producteur africain de brut.

A l’inverse, les villes africaines les moins chères sont celles des pays à économie intermédiaire ayant développé des infrastructures de qualité et atteint un certain niveau de gestion des flux et des services. Cape Town et Johannesburg figurent parmi les villes les moins chères d’Afrique et du monde. Par Contre, Abidjan, est la sixième ville la plus chère d’Afrique, la trentième au monde. À l’autre extrémité du classement, on trouve Tunis (209è), Banjul (204è) et Nouakchott (192è). Par ailleurs, Tokyo (2è), Singapour (3è) et Séoul (4è) figurent dans le haut du classement, tandis que la place de ville la plus chère du monde revient à Hong Kong (1è) pour la deuxième année consécutive. Les autres villes du top dix sont Zurich (5è), Shanghai (6è), Achgabat (7è), Pékin (8è), New York (9è) et Shenzhen (10è) et Paris (13è).

Le classement Mercer se base sur un certain nombre de paramètres dont la fluctuation monétaire, le coût du loyer, l’inflation des coûts des biens et service, la connexion internet. L’enquête sur le coût de la vie de Mercer, apprend-on, a pour but d’aider les multinationales et les gouvernements à définir la rémunération de leurs salariés expatriés.

La Rédaction EcoMatin

Abonnez-vous à notre lettre d'information

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à notre newsletter

Afficher plus

Articles Liés

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité. Merci pour votre compréhension!