Banques et Finance

Covid-19 : Yaoundé attend plus de 400 milliards de ses partenaires

En plus des res­sources issues du moratoire sur le service de la dette, le Cameroun pré­voit de nouveaux financements venant notam­ment du FMI, de la Banque mondiale et de la BAD.

Du fait de la crise du Coronavirus, le Cameroun va revoir à la baisse son budget 2020. Selon l’ordonnance modi­fiant et complétant certaines dispositions de la Loi de Fi­nances 2020, signé le 3 juin par le président de la Répu­blique, l’exécutif envisage une réduction de 11%. Si l’ordonnance présidentielle est voté par le Parlement, ce qui est plus que probable au regard de la coloration politique des chambres, le budget 2020 va donc pas­ser le budget 2020 de l’État passe de 4 951,7 milliards de FCFA à finalement 4 409 milliards de FCFA, soit une baisse de 542,7 milliards de FCFA en valeur absolue.

Lire aussi : Les gagnants et les perdants du collectif budgétaire 

À la lecture de l’ordonnance présidentielle, les pertes de recettes du fait de la pan­démie de la Covid-19 sont en réalité estimées à 768,6 milliards de FCFA (impôts, douanes, pétrole et gaz, etc.). Cette baisse de plus de 15% des recettes publiques sera partiellement compen­sée par « l’aide de ses par­tenaires financiers », selon le ministère des Finances. « Celle-ci s’est traduite en terme d’allègement de la dette et d’appuis financiers exceptionnels ».

Initialement prévu à 232,2 milliards de FCFA, le ser­vice de la dette est ramené à 134 milliards de FCFA, soit un gain de trésorerie de 98,2 milliards de FCFA. En plus, les appuis budgétaires passent de 115,5 à 440,5 milliards de FCFA soit une hausse attendue de 325 mil­liards de FCFA. Ce qui fait un financement supplémen­taire de 423,2 milliards de FCFA.

Lire aussi : Report de la dette : le Club de Paris prend les devants au Cameroun 

Les appuis budgétaires viennent de plusieurs parte­naires. On peut notamment citer le FMI qui a accordé un prêt de 135 milliards de FCFA au titre de la Faci­lité de crédit rapide (FCR), la Banque mondiale qui devrait octroyer au pays un financement supplémentaire de 60 milliards de FCFA, de la Banque Africaine de développement, de l’Union européenne ou de l’Agence française de développement (AFD) avec qui le gouver­nement a récemment signé trois conventions de finan­cement d’un montant de 18 milliards de FCFA.

À sa demande, les membres du Club de Paris, créanciers du Cameroun, lui ont accor­dé un report du rembourse­ment de leur argent prévu entre le 1er mai et 31 dé­cembre 2020. L’annonce est contenue dans un communi­qué de presse publié par ce groupe de pays industriali­sés le 22 mai dernier. Selon ce document, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, le Japon, la Répu­blique de Corée et la Suisse sont les pays qui ont concé­dé ce moratoire à Yaoundé. Ces pays traduisent ainsi en acte la décision prise le 15 avril 2020 par le G20. La Chine a également annoncé 7 juin dernier avoir fait de même.

Lire aussi : Coronavirus : le FMI approuve un décaissement de plus de 135 milliards de F CFA au Cameroun 

Le 16 avril au sortir d’une audience avec président Paul Biya, l’ambassadeur de France au Cameroun, Chris­tophe Guilhou, a indiqué que la France allait renon­cer provisoirement dans le cadre de cette initiative à montant de 60 milliards de FCFA. On ignore pour l’ins­tant les sommes liées aux autres pays du G20. Mais au regard de la réduction du service de la dette prévue par le collectif budgétaire (98,2 milliards de FCFA) sur les 232,2, le Cameroun s’attend certainement à ne pouvoir conclure un accord d’allègement de la dette cer­tains pays membre du G20.

Lire aussi : Covid-19 : la BAD mobilise plus de 6,2 milliards de F CFA pour la Cemac 

Le plus récent

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer