SESSION PARLEMENTAIRE DE JUIN 2021SESSIONS PARLEMENTAIRES
A la Une

Assemblée nationale : les députés réagissent aux recommandations de Cavaye Yéguié Djibril

Les interpellations du Pan au sujet du Covidgate ont été différemment appréciées par les élus.

Le président de l’Assemblée nationale a tenu à se prononcer ce mardi sur le « Covidgate ». « Je voudrais prier les compatriotes de bien vouloir attendre les conclusions des investigations. N’allons pas vite en besogne. Evitons tout lynchage à travers les médias et autres réseaux sociaux, au risque d’exposer certains citoyens à la vindicte populaire Restons sereins »a assuré Cavaye Yéguié Djibril. Une sortie qui a été diversement  appréciée par les députés.

Au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), les recommandations « présidentielles » font loi.  Les conclusions de la justice sont à attendre. « En ce qui concerne les enquêtes en cours dans le cadre du Covid-19, le président a demandé de respecter le secret de l’instruction judiciaire et la présomption d’innocence et de ne pas livrer à la vindicte populaire un certain nombre de personne qui sont plus ou moins soupçonnées. On doit attendre que la justice fasse complètement et suffisamment son travail. Et enfin, le président a demandé que l’information complète soit rendue publique lorsque ce travail judiciaire sera terminé pour que les citoyens sachent enfin  de quoi tout cela retourne finalement » assure le député Rdpc, Engelbert Essomba Bengono.

« Insensé »

Cependant, la donne change au sein de l’Union démocratique du Cameroun (Udc). Selon le député Koupit Adamou, les recommandations de Cavaye Yéguié Djibril n’ont pas de sens. « Il appelle à ce qu’on patiente et attende ce verdict là. Mais il me semble que c’est difficile parce qu’il s’agit ici de la fortune de l’Etat. Lorsqu’une mission d’audit portée par une institution aussi importante que la Chambre des Comptes conclue à de fortes présomptions de détournement et que les enquêtes sont ouvertes, on ne peut pas interdire aux Camerounais de faire des commentaires ne serait ce que pour dénoncer. Pour que les uns et les autres comprennent que le bien public est sacré et que lorsqu’il s’agit de biens consacré à la préservation de la santé de la Nation, ça doit être d’avantage sacré ».

Pour ce membre du bureau politique de l’Udc, l’agitation médiatique se veut une pression nécessaire. « Nous ne pensons pas que ce soit sensé de dire aux Camerounais de ne pas faire les commentaires en attendant que la procédure judiciaire aille à son terme. Les commenter est une sorte de pression également à l’endroit des compatriotes qui au Tcs sont en charge des dossiers de ne point faire dans la complaisance. Parce que l’attention de toute la Nation est focalisée sur ces dossiers. »

René Ombala 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?